Comment le COVID-19 a changé notre utilisation des réseaux sociaux?

réseaux sociaux covid_19

COVID-19 a été une période très perturbatrice pour les individus et les sociétés du monde entier, car nous apprenons à nous adapter à un mode de vie où la distance sociale et la communication virtuelle sont la norme, remplaçant l’intimité et les interactions physiques. Alors que les réseaux sociaux font partie intégrante de nos vies depuis dix ans au moins, COVID-19 a provoqué un essor sans précédent de l’utilisation des supports de communication sociaux.

La quarantaine peut conduire à une forte dépendance des réseaux sociaux

Un rapport sur l’utilisation des médias sociaux pendant la pandémie de coronavirus (COVID-19) a été publié ce mois-ci par l’agence de marketing d’influence Obviously. Ce rapport fait état d’une augmentation de 76 % du nombre d’annonces quotidiennes accumulées sur les messages publicitaires de leurs influenceurs au cours des deux premières semaines de mars 2020 et d’une augmentation de 27 % de l’engagement sur TikTok. En outre, une analyse du New York Times a noté une augmentation significative de l’utilisation d’Internet entre janvier et mars. Par ailleurs, le trafic web sur les ordinateurs de bureau a augmenté de 27 % sur Facebook et de 15,3 % sur YouTube

Une étudiante de Rutgers a déclaré que depuis sa mise en quarantaine, elle passe en moyenne 5 heures par jour sur TikTok, qu’elle qualifie de trou sans fin de contenu.

Certes, l’isolement social a transformé une grande partie de notre vie quotidienne de multiples façons. En 2019, 45 % des personnes dans le monde qui utilisent les médias sociaux y passaient en moyenne environ 2,5 heures par jour, soit une heure de plus que la moyenne de 2012. Cela représente une augmentation de 62,5 % sur sept ans. 

Selon le Dr Anuradha Rao, certains de ces changements dans l’utilisation et la consommation des médias sociaux vont probablement durer après COVID-19.

La consommation des réseaux sociaux en quarantaine

L’étude mondiale sur les habitudes de consommation des médias menée par le cabinet de conseil Kantar du 14 au 24 mars a révélé une augmentation de 61 % de l’engagement dans les médias sociaux par rapport aux taux d’utilisation normaux. Comme de plus en plus de pays sont passés en mode de verrouillage partiel ou total depuis lors, ce chiffre a probablement augmenté.

Des millions de personnes dans le monde se sont tournées vers les différents supports de communication sociale pour entrer en contact avec leur famille, leurs amis et leurs collègues, ainsi que pour se tenir au courant des derniers développements concernant la pandémie.

Les réseaux sociaux : une conscience publique ou utilisation individuelle ?

Face à cette situation difficile, les médias sociaux ont joué un rôle clé pour maintenir les gens en contact et les informer, ainsi que pour répondre à certains besoins et désirs humains, notamment en matière d’interaction sociale, de recherche d’informations, de divertissement, de présentation de soi et de détente.

De plus, la spécificité de cette crise a bouleversé certaines des façons habituelles d’utiliser et de consommer les médias sociaux, ce qui a entraîné un glissement des récits plus narcissiques et individualistes vers une utilisation des médiums sociaux plus orientés vers le service public.

Alors que les selfies, les wefies et les images d’activités menées en confinement abondent – la cuisine, le jardinage, l’art et la musique sont devenus les principaux sujets – une conscience publique plus aiguë a également émergé sur les médias sociaux.

L’application de partage de vidéos, TikTok contribue à la lutte contre la pandémie avec un budget de 250 millions de dollars.

Selon de nouvelles estimations fournies à MBW par la société d’analyse réputée Sensor Tower, TikTok a été téléchargé 2 millions de fois aux États-Unis, contre 1,7 million la semaine du 9 au 15 mars.

Les réseaux sociaux : Un remède contre l’ennui

Avec les mesures d’éloignement sécuritaires, les fermetures à clé dans certains pays ont rendu les vies des citoyens plus difficiles qu’avant.
À cette étape-là les réseaux sociaux sont également devenus le principal moyen de maintenir notre engagement social.

Cette situation n’est pas surprenante, étant donné que les réseaux sociaux favorisent un comportement de groupe – ce qui signifie que si certaines personnes influentes ou des influenceurs ont publié un message de solidarité particulier ou un message social approprié sur leurs pages, cela est susceptible d’inciter d’autres personnes à suivre leur exemple.

Comme nous utilisons de plus en plus les réseaux sociaux au cours de cette période pour maintenir des liens et des relations avec nos proches et connaissances. Le contenu que les gens partagent est également devenu plus interactif, nécessitant souvent la participation de son propre réseau.

De nouvelles plates-formes gagne du terrain

Au cours de cette période, nous avons également connu un engouement pour les nouvelles plates-formes. Par exemple, la soudaine réapparition et la popularité de Houseparty, une application de « réseau social en face à face », réside dans le fait que les utilisateurs peuvent simultanément chatter en vidéo et jouer à des jeux avec jusqu’à huit contacts dans une « fête » en ligne.

Zoom, qui était auparavant utilisé comme une plateforme de vidéoconférence dans le cadre du travail, est également devenu un outil de loisirs – puisque des amis l’utilisent pour se retrouver en temps réel dans ce scénario de « rester à la maison ».

De même, la hausse en terme d’utilisation des messages et des jeux viraux se poursuit, car les gens du monde entier sont obligés de se divertir pour éviter l’ennui et la solitude.

L’addiction aux réseaux sociaux

L’addiction des réseaux sociaux est un terme qui est devenu familier au cours des dernières années. Des études ayant établi un lien entre l’utilisation accrue des médias sociaux et les conséquences négatives sur la santé mentale des utilisateurs et le développement de stratégies d’adaptation.

Mais la dépendance à ces plateformes est souvent présentée à tort comme un problème individuel, à la manière des « enfants de nos jours avec leurs Snapchat et Instagram« . On laisse entendre que c’est à nous qu’on reproche de nous être laissés devenir dépendants au départ et que, par la suite, c’est aux utilisateurs de ces plateformes qu’il revient de régler le problème.

Bien au contraire, de nombreuses plates-formes de social média que les gens utilisent quotidiennement et sur lesquelles ils passent encore plus de temps maintenant, alors qu’ils sont coincés à l’intérieur, sont construites pour encourager la dépendance. Elles sont conçues pour capter et retenir l’attention de leurs utilisateurs, même au détriment de leur santé.

Dans un premier temps, les plateformes des réseaux sociaux sont conçues pour modifier le fonctionnement du cerveau de leurs utilisateurs de la même manière que les jeux de hasard. En plus de l’augmentation des symptômes de dépression et d’anxiété, les addictions aux jeux de hasard et à Internet entraînent un manque de contrôle des impulsions.

Cette situation est intentionnelle de la part des personnes qui conçoivent ces applications. « Il y a des services entiers qui essaient de concevoir leurs systèmes pour qu’ils créent une dépendance aussi forte que possible. Ils veulent que vous soyez en ligne en permanence et, en vous bombardant de messages et de stimulants. Ils essaient de rediriger votre attention vers leur application ou leur page web », a déclaré l’expert en comportement humain Daniel Kruger.

La fonction « pull-to-refresh » présente sur les plateformes de réseaux sociaux comme Instagram et Twitter crée des systèmes de déclencheurs et de récompenses de la même manière que les machines à sous. Chaque rafraîchissement envoie un coup de dopamine au cerveau, créant une boucle de rétroaction continue qui incite les gens à revenir en chercher d’autres.

Les stries de Snapchat transforment la connectivité et la communication en un jeu que l’on peut gagner donnent la priorité aux mécanismes d’engagement sur le plaisir de l’utilisateur, fabriquant une insatisfaction constante afin de s’assurer que les utilisateurs de Snapchat ne passent jamais une journée sans ouvrir l’application. En effet, le défilement infini a été qualifié de « cocaïne comportementale » par la personne même qui l’a décrit, qui dit qu' »il y a généralement comme littéralement un millier d’ingénieurs qui ont travaillé sur cette chose pour essayer de la rendre le plus addictif possible ».

Le fait que ces caractéristiques encouragent des comportements de dépendance nuisibles n’est pas une coïncidence. Elles font exactement ce pour quoi elles ont été construites. La raison en est très simple : Il est rentable que ces plateformes créent une dépendance.

Le coronavirus vs les réseaux sociaux

Le coronavirus est un événement unique en son genre qui va remodeler la société de manière durable. Et à chaque crise, des opportunités se présentent.

Nous pouvons utiliser cette crise pour repenser et remodeler la manière dont nous utilisons les réseaux sociaux, en abandonnant notre consommation excessive et nos pratiques malsaines au profit d’une approche plus équilibrée et plus réfléchie.

Dans une certaine mesure, c’est déjà le cas. Les conversations sur les plateformes des réseaux sociaux portent désormais aussi sur notre fragile écosystème mondial, sur les futurs partagés et sur la nécessité de repenser notre mode de vie et de travail au-delà de COVID-19.

2 commentaires sur “Comment le COVID-19 a changé notre utilisation des réseaux sociaux?”

Laisser un commentaire