Comment les technologies a ralenti l’infection au Covid-19 en Asie de l’Est?

technologies

Alors que le Covid-19 se propage à travers les frontières internationales, les responsables de la santé publique accordent une attention particulière aux pays qui aplatissent la courbe notamment ceux de l’Asie de l’Est, ralentissant ainsi la propagation de l’infection graces aux nouvelles technologies et aux politiques des pays. Les autres pays peuvent-ils imiter leur succès ?

On s’est demandé si les régimes autoritaires avaient un avantage sur les démocraties, car ils peuvent imposer des mesures descendantes comme le verrouillage et le suivi numérique des mouvements et des contacts des personnes infectées. En effet, le ministre chinois des affaires étrangères, Wang Yi, a déclaré : « Ce n’est qu’en Chine et sous la direction du président Xi que des mesures aussi efficaces peuvent être prises pour maîtriser cette épidémie si soudaine et si rapide ».

Cependant, les dernières informations de Our World in Data, qui montre le taux de doublement des cas par pays, indiquent que le type de régime est moins important qu’il n’y paraît. Les meilleurs et les moins bons résultats du confinement de Covid-19 couvrent le spectre allant de l’autocratie à la démocratie. Il est vrai que la Chine a effectivement aplati la courbe, mais il en va de même pour la Corée du Sud, une démocratie dynamique. Par contre, d’autres démocraties – les États-Unis, l’Espagne, l’Italie et la France – se portent moins bien.

Par conséquent, qu’ont en commun les pays qui ont jusqu’ici réussi à aplatir la courbe ? Une partie de la réponse est qu’ils ont tendance à se trouver en Asie de l’Est – Chine, Corée du Sud, Taiwan, Singapour et, dans une moindre mesure, le Japon – où un esprit collectiviste peut encourager un engagement civique et une plus grande volonté de se conformer aux mesures de contrôle des infections prises par les gouvernements.
En outre, ces pays ont tendance à déployer activement la technologie pour recueillir des données sur la progression du virus et les efforts déployés pour le contenir, notamment en suivant les personnes infectées et leurs contacts. Ces deux aspects des pays d’Asie de l’Est ne fonctionnent pas indépendamment l’un de l’autre ; ils se renforcent mutuellement.

Il est clair que de telles applications technologiques peuvent être un outil important pour contenir la pandémie. Mais cette utilisation de la technologie soulève des questions politiques qui donnent à réfléchir sur la souveraineté et la confidentialité des données, des questions qui sont plus controversées dans les démocraties occidentales que dans les sociétés plus collectivistes de l’Asie de l’Est.

En effet, le déploiement le plus efficace de la technologie pour suivre le statut infectieux, les mouvements et les contacts des individus dépend de trois conditions critiques qui pourraient chacune présenter des dilemmes difficiles pour les démocraties occidentales : L’adoption des technologies nécessaires (qu’elles soient simplement fortement encouragées ou rendues obligatoires) ; une infrastructure numérique activée par le gouvernement ; et un partage de données transparent entre le gouvernement et les entreprises, qui peut offrir peu de protection de la vie privée.

L’utilisation des technologies

En tirant parti de l’expérience des pays qui utilisent efficacement la technologie pour la recherche des contacts, la première étape – et une exigence – consiste à encourager ou, mieux encore, à rendre obligatoire l’installation d’applications de suivi sur les téléphones. Dans les pays d’Asie de l’Est, cette mesure a été plus obligatoire que volontaire.

À Singapour, un pays connu pour son efficacité et son gouvernement pragmatique, les citoyens sont encouragés par le gouvernement à installer TraceTogether, qui permet d’échanger des signaux Bluetooth entre des téléphones portables situés à proximité. Il s’agit d’un pendant moderne à la méthode traditionnelle et longue de recherche des contacts, qui repose sur une mémoire humaine fragile.

Le Nikkei Asian Review a publié les résultats d’un sondage gouvernemental qui a révélé que plus de 70 % des personnes interrogées étaient favorables à cette initiative. Hong Kong, qui a également connu un confinement efficace, a récemment mis en place une quarantaine obligatoire de 14 jours à l’entrée pour tous les arrivants à l’étranger.
Pour faire appliquer cette mesure, le gouvernement de Hong Kong a exigé de chaque nouvel arrivant qu’il télécharge l’application StayHomeSafe et lui a donné un bracelet jumelé qui utilise la technologie de géofencing pour aider à attraper les contrevenants. Par ailleurs, comme l’indique Quartz, il a averti toute personne violant la quarantaine qu’elle risquait jusqu’à six mois de prison et une amende de 3 200 $.

En Corée du Sud, le cas le plus frappant en termes d’aplatissement des courbes est celui du Washington Post, qui rapporte que des développeurs privés ont pris sur eux de développer des applications qui complètent les efforts officiels de recherche de contacts du gouvernement, que beaucoup trouvent insuffisants. Corona 100m, qui, selon MarketWatch, a été téléchargé plus d’un million de fois par les Sud-Coréens en quelques semaines seulement avec des « commentaires extrêmement positifs », recueille des données provenant de sources gouvernementales publiques qui alertent les utilisateurs de tout patient ayant reçu un diagnostic de Covid-19 dans un rayon de 100 mètres, ainsi que la date du diagnostic, la nationalité, l’âge, le sexe et les endroits où le patient a déjà séjourné. Corona Map trace également les emplacements des patients diagnostiqués pour aider ceux qui veulent éviter ces zones et, comme le rapporte Business Insider, a été la deuxième application la plus téléchargée en Corée.

 En outre, Taiwan est la première démocratie à avoir utilisé le suivi des téléphones portables pour imposer des quarantaines, que le gouvernement renforcerait en appelant les personnes en quarantaine deux fois par jour pour s’assurer qu’elles n’échappent pas au suivi en laissant leur téléphone à la maison.

Bien que le suivi des maladies infectieuses par téléphone portable soit disponible depuis au moins dix ans – l’application FluPhone développée volontairement par l’université de Cambridge en 2011 en est un exemple précoce – le taux d’adoption varie considérablement d’une région à l’autre. Selon des rapports publiés par Wired, moins de 1 % des habitants de Cambridge se sont inscrits à FluPhone, par exemple, alors que nous constatons aujourd’hui l’adoption généralisée de la recherche de contacts par téléphone portable dans les pays d’Asie de l’Est. Les inquiétudes des démocraties occidentales concernant la vie privée et les libertés civiles pourraient créer des obstacles importants au déploiement de ces technologies dans ces pays et pourraient avoir contribué à la faible pénétration du FluPhone. Même au sein des démocraties, il existe de nettes différences transnationales dans le degré d’adoption volontaire des technologies de recherche des contacts. Mais sans une généralisation de l’adoption, ces efforts de recherche des contacts échoueront.
Une infrastructure numérique

Les mesures agressives prises par la Corée du Sud face au Covid-19 semblent avoir été rendues possibles par sa récente expérience en matière de gestion des épidémies. Ainsi, en 2015, l’épidémie de MERS a infecté 186 personnes et en a tué 36. Certains considèrent le partage agressif des données sur Covid-19 comme une correction de l’approche apparemment opaque du gouvernement qui a entaché sa réponse au MERS. Une enquête menée auprès de 1 000 Sud-Coréens a révélé que la plupart d’entre eux soutenaient la transparence du gouvernement dans le partage des détails de voyage des patients atteints de Covid-19 et que la plupart « préféraient le bien public aux droits individuels ».

De même, Taïwan a été parmi les plus touchés lors de l’épidémie de SRAS de 2003. Par la suite, elle a mis en place un système de gestion des catastrophes qui lui a permis de réagir rapidement au Covid-19, tant sur le plan technologique qu’institutionnel : En une journée, les institutions concernées ont intégré les antécédents de voyage des patients infectés au cours des 14 derniers jours avec leurs données d’identification, ce qui a ensuite facilité le suivi mobile continu. Plus tard, Taïwan a lancé le système de quarantaine à l’entrée qui visait à accélérer l’entrée en fournissant aux passagers un laissez-passer de déclaration de santé par SMS, tous les hôpitaux, cliniques et pharmacies ayant accès aux antécédents de voyage des patients peu après.

Dans une épidémie, le timing est primordial.

L’expérience de la Corée du Sud et de Taïwan montre que le temps supplémentaire gagné grâce à la mise en place d’un système d’infrastructure de réponse aux catastrophes prêt à être déclenché s’est avéré essentiel pour déterminer la trajectoire de la pandémie. La même leçon peut être tirée de la gestion du Covid-19 par la Chine, bien que celle-ci n’ait pas tiré parti d’une capacité de réponse à l’épidémie existante, mais ait plutôt réorienté son vaste système de surveillance numérique existant pour le suivi du Covid-19, rapporte The Economist. Cette démarche a permis aux autorités chinoises d’adopter une « approche plus adaptée » en « permettant à la plupart des gens de reprendre leur vie normale tout en surveillant ceux qui pourraient être infectés ».

La collaboration entre les entreprises et le gouvernement

En Chine, les obstacles au partage de l’information entre les autorités, en particulier au niveau local, semblent avoir sérieusement limité l’efficacité de la réponse à Covid-19, surtout dans la première phase de l’épidémie. Les acteurs qui détiennent la clé d’une réponse à la pandémie basée sur les données, le gouvernement central l’a reconnu depuis longtemps, sont des entreprises technologiques géantes telles qu’Alibaba et Tencent. En recueillant des quantités colossales de données d’utilisateurs en temps réel, ces entreprises en savent peut-être plus sur les mouvements de population que le gouvernement lui-même.

Les tentatives de contrôle de Covid-19 mettent en lumière l’avantage dont bénéficient les « super-applications » comme WeChat. Ce n’est pas seulement la quantité de données accumulées par WeChat qui en fait une « super » – un peu plus d’un milliard d’utilisateurs actifs et plus du double du temps moyen passé sur l’application par rapport à Instagram en décembre 2019. C’est plutôt l’intégration des réseaux sociaux, de la messagerie instantanée, du paiement, de la livraison de nourriture, de l’appel à l’aide, des soins de santé et de milliers d’autres applications dans sa propre plateforme qui en a fait une cible de choix pour les utilisateurs de Facebook.

Une telle dépendance du grand public à l’égard d’une seule application peut être utilisée pour contraindre le public à se conformer à la réglementation lorsqu’une pandémie l’exige. En Chine, la forte consommation de l’application de paiement mobile Alipay a été mise à profit par le code de santé Alipay, qui a récemment été déployé par la société sœur d’Alibaba, Ant Financial, et qui a depuis été adopté à l’échelle nationale. Le Code de santé dicte la liberté de voyager des utilisateurs, rapporte le New York Times, en les classant dans l’une des trois catégories en fonction de leurs facteurs de risque Covid-19 calculés à partir de données auto-déclarées et collectées : vert pour un voyage sans restriction, jaune pour une quarantaine de sept jours, et rouge pour une quarantaine de deux semaines. Ceci soulève deux grandes préoccupations : La première est la question de la boîte noire algorithmique dans la génération des codes. Les utilisateurs ne savent pas pourquoi l’application les met en quarantaine, comme certains s’en sont plaints sur les médias chinois. L’autre, peut-être plus pernicieux du point de vue de la protection de la vie privée, est la façon dont elle utilise apparemment des foules de données d’utilisateurs telles que l’historique des voyages recueillies par l’intégration avec d’autres applications comme Alipay.

Conclusion:

Dans une phase de croissance exponentielle d’une urgence de santé publique, cette approche technocratique en Asie de l’Est répond à trois exigences : L’échelle, la vitesse et un certain degré de contrainte. Les démocraties occidentales peuvent-elles obtenir les résultats observés en Asie de l’Est sans imiter leurs moyens ? Probablement pas. Il existe probablement un conflit fondamental entre ces exigences et les valeurs libérales occidentales profondément ancrées, telles que la protection de la vie privée, le consentement et le caractère sacré des droits individuels. Israël, rapporte la BBC, a invoqué des pouvoirs d’urgence pour faire respecter son ordre de quarantaine et a en fait suspendu certains droits individuels.

Au jour de cette publication, au moins trois gouvernements locaux aux États-Unis envisagent d’adopter une application de recherche de contacts développée dans le cadre d’un projet dirigé par le MIT, rapporte Reuters. Appelée PrivateKit, cette application combine le cryptage, les technologies open-source et Bluetooth qui préservent l’anonymat des utilisateurs et limitent la portée des données recueillies. Le téléchargement est volontaire et il est trop tôt pour dire à quelle vitesse et à quelle échelle ces technologies pourraient être adoptées pour lutter contre Covid-19. Une autre équipe dirigée par le MIT a mis au point un protocole appelé Private Automatic Contact Tracing (ou PACT) qui utilise également les communications Bluetooth pour permettre la recherche des contacts tout en garantissant qu’aucune information privée ne soit révélée. Google et Apple se sont associés

pour installer dans des milliards de téléphones du monde entier un logiciel qui leur permettrait de rechercher des contacts sur la base d’un consentement préalable, rapporte le New York Times. Mais pour que ces technologies soient efficaces, la conformité doit être quasi universelle. Sans un mandat du gouvernement américain, il est difficile d’imaginer l’adoption volontaire et universelle d’une application de traçage protégeant la vie privée.

Le Covid-19 est peut-être un indicateur de notre futur état de stabilité. Les différentes sociétés feront des choix différents sur la manière de réagir à la prochaine pandémie. Pour les démocraties occidentales, le temps est venu soit de repenser nos valeurs autour du compromis entre vie privée et sécurité publique en cas de pandémie, soit d’accélérer l’innovation technologique et l’élaboration de politiques susceptibles de préserver les deux.

Laisser un commentaire