trop manger

Pourquoi le confinement entraîne-t-il une suralimentation ?

Il est toujours important de rester en forme et en bonne santé, mais cela a pris beaucoup plus d’importance de nos jours pendant la quarantaine. Étant donné que le niveau de stress augmente et que les gens doivent rester à la maison après avoir quitté leur travail et leurs activités quotidiennes, il est devenu essentiel de se maintenir en bonne santé et en pleine forme, et de résister à l’envie de manger de plus en plus. Votre consommation a augmenté en quarantaine ? Voyons- ça!

La surconsommation alimentaire est un problème qui préoccupe tout le monde. Être à la maison toute la journée fait qu’on se tourne vers le réfrigérateur et la cuisine, un peu plus souvent. De plus, l’absence d’activité physique et le fait d’avoir la possibilité de grignoter et de manger en restant assis sur son canapé peuvent avoir des effets néfastes sur notre corps, notre poids et notre santé en général.

Comment éviter de trop manger ? Des conseils à suivre ?

  • Contrôlez vos horaires de repas

Il est nécessaire de tenir un journal alimentaire, en mentionnant l’heure de la prise et les aliments consommés. Aussi, mentionnez le nombre de verres d’eau pris. Cela peut sembler très méthodique et un peu trop fastidieux, mais c’est faisable. Cette méthode représente un outil puissant pour relier votre cerveau à votre faim physique et émotionnelle.

  • Offrez-vous un entraînement physique quotidien

Adopter une vie sans activité physique peut entraîner non seulement une prise de poids, mais aussi de nombreuses maladies liées au cœur et au style de vie. En effet, le sport libère certaines hormones et enzymes cérébrales essentielles qui sont responsables du bien-être de l’esprit. Une séance d’entraînement, même à la maison, aidera les gens à rester en forme, tant physiquement que mentalement.

  • Optez plutôt pour des collations saines

Assurez-vous d’avoir toujours à portée de main des en-cas sains. Il est important de grignoter quelque chose qui vous apporte de la nutrition ainsi que de la satisfaction pour vous assurer de ne pas avoir faim. En voici quelques exemples : amandes, noix, graines de courge, graines de lin, flocons de noix de coco, noix de coco fraîche, eau de coco, thé sans sucre, etc.

consommation quarantaine

Avis des spécialistes ?

Même si les raisons peuvent être justifiées, il est parfois frustrant de ne pas avoir le contrôle sur ses habitudes alimentaires. Pourtant, les experts affirment que l’une des pires choses que vous puissiez faire est vous en vouloir.

Si vous vous battez contre la prise de poids pendant cette crise sanitaire (coronavirus), vous n’êtes certainement pas les seuls. En fait, beaucoup l’appellent la « quarantaine 15 ».

En effet, il ne s’agit pas de votre volonté, mais de votre esprit qui vous manipule. C’est ce qu’affirment le Dr Theresa Van Iseghem, psychologue.

« La vérité est que nous sommes tous susceptibles de manger en fonction de nos émotions », a déclaré M. Van Isegham.

« La seule chose pire que la suralimentation serait la culpabilité d’avoir trop mangé », a déclaré M. Van Isegham.

Les experts affirment que si vous retombez dans de mauvaises habitudes, c’est généralement parce que votre corps réagit au stress.

« Si vous êtes dans un état de stress, vous allez produire plus de cortisol et le cortisol est une hormone de prise de poids. Cette dernière est également une hormone de stress. Il n’est donc pas recommandé de rester assis et de manger de manière stressante », a déclaré M. Rackley.

En ce qui concerne les mesures que nous pouvons prendre à la place ? Rackley recommande de commencer le repas avec un sentiment de gratitude.

« Combien de personnes ont travaillé pour mettre votre nourriture sur la table. »

Elle suggère également de faire disparaître tous vos appareils.

consommation quarantaine« J’encourage vivement les gens à tout éteindre », a déclaré M. Rackley. « Peut-être même revenir à l’époque où nous, les familles, avions l’habitude de nous asseoir et de prendre un repas ensemble. »

M. Van Isegham recommande également de faire attention à ce que vous faites lorsque vous faites des choix alimentaires malsains et d’essayer de changer toute cette habitude.

« Parfois, nous devons simplement abandonner toute l’habitude au lieu de nous concentrer sur un seul aspect », dit-elle, ajoutant qu’il est souvent plus difficile de changer un aspect de la routine. « Cela rend les choses plus difficiles que si l’on changeait seulement l’habitude entière elle-même ».

Mais surtout, il faut garder le sens des proportions. Cette époque passera.

La boulimie aux États-Unis

Si vous vous retrouvez à vouloir manger une portion de tarte, de chocolat ou de crème glacée pendant cette période de quarantaine, vous n’êtes pas seul. Bien avant cette crise sanitaire, les Américains avaient des difficultés liées a une alimentation basée sur l’émotion. Une enquête menée en 2013 par l’American Psychological Association a révélé que 38 % des adultes américains ont déclaré avoir trop mangé ou mangé des aliments malsains au cours du dernier mois en raison du stress, et parmi ces personnes, 49 % ont déclaré l’avoir fait chaque semaine ou plus. Pour un plus petit pourcentage de personnes – 3,5 % des femmes et 2 % des hommes – les habitudes alimentaires liées au stress entraînent des troubles boulimiques, le trouble alimentaire le plus courant aux États-Unis.

Pour lutter contre les troubles de l’alimentation, que ce soit en période de crise ou non, nous devons comprendre pourquoi nous avons tendance à trop manger, puis prendre des mesures pour briser le cycle d’anxiété, de honte et de tristesse qui caractérise ce trouble. Des études ont montré que l’une des façons d’y parvenir est de recourir à une chose dont nous pouvons tous tirer un avantage particulier : l’auto-compassion.

Les spécialistes craignent que la pandémie aggrave les addictions

Pas trés loin du probléme causé par cette pandémie: trop manger…

Israël rapporte une augmentation de la consommation de jeux d’argent en ligne ainsi que des médicaments anti-anxiété, tandis que les Etats-Unis montrent une augmentation des ventes d’alcool.

De la consommation d’alcool et de la toxicomanie aux jeux d’argent en ligne et à la surconsommation, la crise COVID-19 pourrait alimenter les tendances à des addictions et conduire à une aggravation des problèmes existants.

Le Dr Ilan Tal, directeur médical et psychiatre principal du Centre de psychiatrie et de santé mentale Dr Tal, basé à Tel-Aviv, a déclaré à La Ligne Médias que de nombreuses personnes sont plus anxieuses et stressées que d’habitude, ce qui les expose à un risque accru de développer des dépendances.

« Nous essayons de réguler les sentiments [négatifs] en faisant [certaines] choses », a expliqué le Dr Tal. « Si nous avons l’habitude de le faire en buvant de l’alcool, en mangeant, en jouant ou en jouant à l’ordinateur, ces comportements vont maintenant augmenter parce que notre stress est plus élevé que d’habitude ».

Selon Tal, en Israël, il y a eu une « forte augmentation » des jeux d’argent en ligne, mais en ce qui concerne la consommation d’alcool, il est encore trop tôt pour dire exactement quel a été l’impact de cette épidémie.

Le mois dernier, la société israélienne Optimove a fait état d’une augmentation de 225 % par rapport aux chiffres antérieurs au coronavirus du nombre de personnes ayant commencé à jouer au poker en ligne pour la première fois.

« Nous savons de la part des patients qui viennent encore et qui ont des problèmes d’alcool qu’ils boivent plus », a-t-il noté. « La violence domestique a également augmenté ».

En fait, le ministère israélien du travail, des affaires sociales et des services sociaux a révélé mercredi que les appels à sa ligne d’assistance téléphonique pour les violences domestiques ont grimpé en flèche au cours de la seconde moitié du mois d’avril. Pendant le premier mois de confinement – du 15 mars au 15 avril – une moyenne de huit personnes ont appelé la ligne d’urgence quotidiennement. Aujourd’hui, le nombre d’appels a atteint une moyenne de 33 par jour. C’est pourquoi le ministère a lancé une ligne d’assistance par SMS et ouvrira dimanche un nouveau refuge destiné à accueillir les femmes victimes de violences domestiques.

consommation quarantaine

À côté des jeux d’argent en ligne, les ventes de benzodiazépines, qui sont utilisées pour traiter l’anxiété, ont également augmenté en Israël.

« Je sais que dans certaines pharmacies en Israël, certains de ces médicaments sont déjà épuisés », a révélé Tal. « C’est peut-être parce que les gens utilisent plus de médicaments pour se calmer, mais je suppose aussi que certaines personnes essaient de réguler leurs sentiments avec ces médicaments et qu’elles deviennent alors plus dépendantes ».

Pour ceux qui peuvent avoir du mal à faire face à leur dépendance pendant cette période, Tal recommande de diminuer « très progressivement » les habitudes négatives et d’essayer de les maintenir à un niveau stable. Par ailleurs, il souligne qu’il est important que la famille et les amis de la personne qui consomme s’abstiennent d’utiliser un langage accusateur ou trop négatif.

« Chaque gain est quelque chose dont vous devriez vous féliciter », a-t-il déclaré. « Lorsque vous vous effondrez ou que vous faites quelque chose que vous n’aviez pas l’intention de faire, alors efforcez-vous de ne pas vous blâmer.

Si l’éloignement social et l’enfermement peuvent exacerber les sentiments de solitude et d’anxiété, il y a peut-être un côté positif pour ceux qui ont déjà suivi un traitement et sont devenus sobres avant le début de l’épidémie.

« Les personnes ayant des problèmes de toxicomanie ont beaucoup plus de temps pour se concentrer sur elles-mêmes et pour s’atteler sérieusement au travail », a déclaré Eric Levitz, directeur d’AZ House, un centre de désintoxication gratuit pour hommes basé à Palastine/Jérusalem, à The Media Line. « Ils n’ont pas à se soucier de leur travail et des différents facteurs sociaux, car ils ont beaucoup de temps à leur disposition ».

Néanmoins, a-t-il ajouté, « le problème se pose pour les personnes qui essaient de se désintoxiquer et qui n’ont pas réussi à démarrer : Ceux qui sont à quelques jours de leur dernière utilisation ou qui ont tout simplement arrêté maintenant ».

Conclusion :

Avec tant d’heures passées à l’intérieur en période de confinement, il peut être si facile de trouver le réconfort en mangeant. Surtout lorsque certains d’entre nous ont d’énormes stocks d’en-cas savoureux et de sucreries à conservation rapide comme les céréales, les pâtes et le riz. Peut-être que l’alimentation émotionnelle est un phénomène nouveau ou que nous avons lutté au fil des ans contre la frénésie alimentaire (Binge-eating). Le binge eating est défini par une consommation de quantités inhabituellement et importantes de nourriture (trop manger), généralement sur une courte période, et par le sentiment de ne pas pouvoir s’arrêter de manger. En ces temps de stress, nous voulons maintenir un équilibre émotionnel, mental et physique. Il est également essentiel pour notre système immunitaire et notre sommeil de veiller à ce que nous recevions les bons nutriments sans nous faire du mal en mangeant trop.

**************************

 

A lire aussi : Comment le coronavirus a affecté le taux de suicide dans le monde entier ?

À visionner aussi : HYPNOSE – Gérer les crises de boulimie (20 min)
Article similaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.