Les États-Unis préparent une réglementation permettant aux entreprises de travailler avec Huawei sur les réseaux 5G

Le gouvernement américain étudie actuellement la possibilité d’élaborer une nouvelle règle permettant à Huawei Technologies et aux entreprises américaines de travailler ensemble à la définition des normes pour les réseaux 5G de la prochaine génération, indique un rapport de Reuters.

Ce développement intervient près d’un an après que le ministère américain du Commerce a mis sur la liste noire la société chinoise de télécommunications, l’accusant d’utiliser son équipement de haute technologie à des fins d’espionnage au profit du gouvernement chinois.

La société a été placée sur une liste d’entités de sécurité par le ministère américain du Commerce en mai 2019, suite à un décret du président Donald Trump. Ce décret interdit à Huawei d’acheter des produits et des services auprès des compagnies américaines.

En conséquence du classement sur la liste noire, les ingénieurs de certaines entreprises technologiques américaines ont cessé de collaborer avec Huawei pour développer des normes pour le réseau 5G. Les entreprises ne savaient pas non plus quelles technologies et informations leurs employés pouvaient partager avec Huawei, le plus grand fabricant d’équipements de télécommunications au monde.

« Je sais que le ministère du Commerce étudie cette possibilité », a déclaré à Reuters un haut responsable du département d’État. « Nous vous soutenons dans vos efforts pour trouver une solution à cette situation. »

« L’établissement de normes internationales est important pour le développement de la 5G », a déclaré un autre haut fonctionnaire de l’administration. « Les discussions portent sur l’équilibre entre cette considération et les besoins de sécurité nationale des États-Unis. »

Dans l’industrie des télécommunications, la 5G, ou la cinquième génération de réseaux sans fil, est censée tout alimenter, des transmissions vidéo à haut débit jusqu’aux voitures qui roulent seules.

Un réseau 5G offre un débit Internet allant jusqu’à 1,2 gigabit par seconde, qui évoluera progressivement pour atteindre 10 Gbps, soit plus de 100 fois plus vite que le réseau 4G.

Huawei, qui est également le plus grand fabricant chinois de smartphones, a vu son chiffre d’affaires annuel augmenter de 18 % pour atteindre plus de 122 milliards de dollars en 2019. En 2018, la société avait progressé de 19,5 %.

« La politique américaine comporte deux aspects : elle limite notre capacité à vendre aux États-Unis et à leurs alliés et elle nous empêche d’acheter à près de 300 entreprises américaines », a déclaré Andy Purdy, directeur de la sécurité de Huawei aux États-Unis, au journal The National en mars 2020
Pour atténuer les retombées des restrictions, Huawei s’approvisionne auprès de fournisseurs en dehors des États-Unis. Ce changement dans les lignes d’approvisionnement pourrait devenir permanent si la situation concernant son statut aux États-Unis ne change pas, a déclaré M. Purdy.

Les États-Unis ont également poussé leurs alliés, tels que le Royaume-Uni, l’Australie, le Canada et la Norvège, à exclure Huawei des contrats du réseau 5G, en invoquant des risques pour la sécurité. Toutefois, Huawei a maintes fois réfuté les affirmations selon lesquelles ses produits pourraient être utilisés à des fins d’espionnage.

Le nouveau projet de règle est en cours d’examen final au ministère du Commerce et, en cas de validation, il serait soumis à l’approbation d’autres agences, selon le rapport. On ignore combien de temps durera ce processus ou si une autre agence s’y opposera.

Huawei est également l’un des plus grands investisseurs mondiaux dans la recherche et le développement. L’entreprise a investi 15 milliards de dollars dans la R&D en 2018 et prévoit d’investir 100 milliards de dollars supplémentaires au cours des cinq prochaines années.

À lire aussi => Comment le coronavirus a affecté le taux de suicide dans le monde entier ?

Laisser un commentaire