personnalité digitale

La personnalité digitale : « Qui suis-je vraiment ? »

Comment conserver votre personnalité digitale ? Les philosophes, les psychologues et les neuroscientifiques – sans parler des poètes et des artistes – tentent de répondre à cette question depuis des siècles. La bonne nouvelle pour les chefs d’entreprise est qu’ils n’ont pas besoin de se transformer en psychothérapeutes, ou d’obtenir un diplôme d’études supérieures en métaphysique, pour le découvrir. Les employés moyens n’ont pas non plus besoin de fouiller dans leur inconscient ou de libérer leur Freud intérieur.

Dans le monde des affaires, il existe une façon bien plus simple de déterminer qui nous sommes, du moins en ce qui concerne notre personnalité professionnelle : il suffit de faire attention à la façon dont les autres nous voient.

Selon les recherches en sciences sociales, notre identité au travail est principalement définie par ce que les autres personnes pensent de nous : comment elles mesurent le succès de nos comportements et de nos actions, comment elles perçoivent nos caractères et nos motivations, et comment elles nous comparent aux autres. Que nous recevions des conseils informels de nos pairs ou que nous participions à des exercices d’évaluation formels, il n’y a pas de meilleur moyen de déterminer qui nous sommes au travail que de faire appel à des évaluations de notre réputation et de nos « marques » personnelles.




Les recherches universitaires indiquent que les personnes ayant une perception de soi élevée et précise intègrent les opinions des autres dans leur perception de soi. Cela peut aller à l’encontre des conseils populaires, mais la capacité à se présenter de manière stratégique et politiquement astucieuse est en effet essentielle pour réussir dans tout contexte professionnel. Ceux qui vivent selon le mantra « ne vous souciez pas trop de ce que les autres pensent de vous » peuvent entraver leur propre avancement professionnel. Comme l’ont souligné les revues universitaires, les personnes qui réussissent s’inquiètent beaucoup de leur réputation, et elles tiennent beaucoup à se présenter d’une manière socialement souhaitable.

Lorsque nous apprécions le luxe de nous réunir avec des collègues et des clients en personne (vous vous souvenez de cet endroit appelé « le bureau » ?), les autres se font une idée de nous en fonction de notre présence physique dans un espace tridimensionnel, y compris la fermeté de nos poignées de main et la façon dont nos voix se font entendre dans l’acoustique de la pièce. Même nos odeurs transmettent des informations sociales importantes aux autres. Dans ce contexte, nous n’avons pas la possibilité de nous voir exactement comme les autres nous voient, et notre réaction n’est bonne qu’en fonction des signaux qu’ils transmettent (un sourire, un bâillement, un contact plus ou moins visuel), ou de ce qu’ils nous disent directement.

Cependant, maintenant qu’une si grande partie de notre communication se fait en ligne, nous sommes tous devenus nos propres « avatars » et avons accès à une grande partie (sinon la plupart) des mêmes informations que les autres. La montagne de données que chacun d’entre nous produit sur Internet est la matière première utilisée pour alimenter les algorithmes d’intelligence artificielle (IA) qui suivent nos « empreintes » numériques. C’est aussi ce que d’autres personnes – et organisations – utilisent pour porter des jugements rapides sur nos attributs personnels et professionnels, notamment lorsqu’ils décident de nous recruter, de nous engager, d’investir dans nos start-ups, de collaborer avec nous ou de nous faire concurrence.




Même si nos comptes sur les médias sociaux sont privés, il est probable qu’il existe de nombreuses informations publiques auxquelles toute personne déterminée à nous évaluer peut accéder. Considérez la facilité avec laquelle les entreprises utilisent nos personnalités numériques pour nous évaluer, déterminer nos préférences, nous « profiler » en fonction de la démographie et nous vendre des choses. Nous pouvons être sûrs que les recruteurs, les investisseurs, les pairs et les concurrents utilisent également les mêmes données pour générer et tester des hypothèses sur qui nous sommes, ce qui nous intéresse et nos chances de succès dans différents scénarios.

Mais nous avons des options. Pendant que les gens et les entreprises utilisent nos données pour nous influencer et nous juger, nous avons la possibilité de créer nos avatars de manière à les influencer. Comprendre comment nos profils en ligne sont créés et utilisés par les autres – ainsi que la manière dont nous pouvons y accéder et les modifier – fait partie de la construction d’une carrière réussie.

Quels que soient vos objectifs, vous devez prendre conscience de l’histoire que racontent vos données publiques – et comprendre comment la changer.

Comprendre l’algorithme

Un mythe courant, est que les algorithmes sont impossibles à duper ou à tromper. Mais leur capacité d’erreur est plus humaine que beaucoup ne le pensent : L’IA identifie des signaux et des modèles, en essayant de leur donner un sens, comme le font les gens, mais elle le fait d’une manière plus rigide, plus prescriptive et avec des formules. Si vous comprenez la formule, vous pouvez créer l’image que vous voulez que les autres voient. Tout comme le fait de modifier quelques pixels peut faire croire à l’IA qu’une image de chat est en fait un bol de guacamole, de même des changements mineurs dans votre présence en ligne peuvent conduire à des conclusions très différentes à votre sujet.

Voici quelques-uns des éléments de base « publics » que vous pouvez utiliser pour améliorer votre présence en ligne.

Photographies :

Les gens ont tendance à penser que l’IA par reconnaissance faciale est « effrayante », mais la vérité est que les personnes en chair et en os apportent leurs propres préjugés puissants – conscients ou inconscients – à leurs jugements sur votre apparence physique, y compris des attributs de base tels que le sexe, l’âge et l’origine ethnique.

Certaines choses sont hors de votre contrôle, mais il y a de nombreux aspects de votre apparence que vous pouvez gérer. Vous pouvez soit changer votre apparence réelle (consultez un styliste ou un ami passionné de mode pour vous aider à affiner votre look), soit investir dans un logiciel qui vous permet de modifier une photo une fois qu’elle a été prise. Une autre approche consiste à utiliser des outils comme « Zoom retouche », qui permet de modifier votre apparence lors de visioconférences ou d’appels vidéo.

Vidéos :

Les logiciels d’IA – et les personnes – se font une idée de vous à partir de vidéos publiées sur Internet. Des entreprises comme Hirevue vendent maintenant des applications qui décodent et interprètent le langage corporel et les expressions faciales enregistrées lors des entretiens d’embauche. Leurs organisations clientes utilisent les données qui en résultent pour établir le profil des attributs des candidats, évaluer les forces et faiblesses potentielles et prendre des décisions d’embauche.



Si vous publiez des vidéos de vous dans le domaine public, assurez-vous qu’elles vous dépeignent sous un jour favorable et qu’elles ne capturent que les mots, l’apparence et le langage corporel que vous jugez professionnellement appropriés. Si une vidéo ne représente pas le « vous » que vous voulez faire vivre aux autres, ne la publiez pas, ou essayez de la faire retirer.

Ton de la voix :

le ton de votre voix dans les enregistrements vidéo ou audio peut transmettre à la fois l’émotion et la vérité (ou l’absence d’émotion). La prosodie est un domaine bien établi des sciences sociales computationnelles qui vise à corréler les propriétés physiques de votre discours avec des marqueurs fiables de l’émotivité, de l’humeur et de la personnalité. Votre voix peut également donner des indices sur votre santé.

Une façon de contrôler cela est d’investir dans le feedback d’un cadre, d’un acteur, d’une voix ou d’un coach médiatique expérimenté – quelqu’un qui peut vous donner des indications sur votre façon de parler et vous aider à vous entraîner à parler de manière à créer l’impression que vous souhaitez.

Les mots que vous utilisez pour communiquer : L’analyse textuelle des écrits, des présentations et des discours est un domaine en pleine expansion. Des outils tels que l’analyse des sentiments d’IBM Watson sont désormais disponibles pour traduire votre style de langage personnel en un profil de caractère complet. Cela est possible grâce à une technologie appelée traitement du langage naturel (TLN), qui associe les types de mots que les gens utilisent à certaines dimensions du caractère (par exemple, la personnalité, l’intelligence et les intérêts). Il est évident qu’il faut faire attention à ce que l’on dit et à la façon dont on le dit.

Bien qu’il n’existe pas de formule universelle pour interpréter les mots écrits ou parlés, les recherches universitaires montrent quelques schémas cohérents. L’utilisation de mots positifs est souvent associée à l’extraversion. Si vous voulez paraître plus extraverti, sociable et sûr de vous, écrivez ou dites des mots tels que « amusant », « excité » et « étonnant ». Les personnes qui ont tendance à être pessimistes et sensibles sur le plan émotionnel utilisent plus fréquemment des mots négatifs, tels que « inquiétude », « souci » et « peur ». Les personnes intelligentes et curieuses ont tendance à utiliser des mots plus complexes et inhabituels tels que « narration », « leitmotiv » ou « rhétorique ». Soit dit en passant, ce genre de langage est plus susceptible d’être associé à des préférences politiques libérales que conservatrices. Et, sans surprise, les jurons peuvent signaler des tendances antisociales et psychopathiques, tandis que les pronoms auto-référents (« moi », « mon » et surtout « je ») peuvent indiquer des tendances narcissiques.

Les médias sociaux affichent, partagent et aiment :

Chacun de ces éléments peut être analysé en termes de quantité, de qualité et de contenu ; il a été démontré qu’ils sont en corrélation avec la personnalité, les croyances, les préférences politiques et le comportement des consommateurs. Bien que nous ne connaissions pas de grandes entreprises qui admettent publiquement utiliser cette technique dans leurs processus d’identification, de recrutement ou d’évaluation des candidats, il est logique de supposer qu’elles le font. De nombreuses recherches universitaires montrent que notre activité dans les médias sociaux est un indicateur précis de nos traits psychologiques les plus profonds.

C’est pourquoi des start-ups comme Humantic, Crystal Knows et Receptiviti, ainsi que des entreprises bien établies comme IBM Watson, offrent à leurs clients la possibilité de traduire les profils et les publications des candidats sur Facebook, Twitter ou LinkedIn en un profil psychologique de leurs forces et faiblesses liées à la carrière. Lorsque vous publiez, partagez ou réagissez à des messages sur les médias sociaux, imaginez que vous le faites devant un auditorium virtuel rempli de vos futurs patrons, collègues, investisseurs ou partenaires. Plus vous pourrez éclairer et inspirer ce public imaginaire, plutôt que de le mettre en colère ou de l’aliéner, mieux ce sera. Warren Buffet suggère que les entreprises les plus prospères sont celles qui « ravissent » leurs clients, et il pourrait en être de même pour la réaction que vous essayez de susciter chez toute personne qui investit du temps pour localiser et juger.

C’est pourquoi des start-ups comme Humantic, Crystal Knows et Receptiviti, ainsi que des entreprises bien établies comme IBM Watson, offrent à leurs clients la possibilité de traduire les profils et les affichages des candidats sur Facebook, Twitter ou LinkedIn en un profil psychologique de leurs forces et faiblesses liées à la carrière. Lorsque vous publiez, partagez ou réagissez à des messages sur les médias sociaux, imaginez que vous le faites devant un auditorium virtuel rempli de vos futurs patrons, collègues, investisseurs ou partenaires. Plus vous pourrez éclairer et inspirer ce public imaginaire, plutôt que de le mettre en colère ou de l’aliéner, mieux ce sera. Warren Buffet suggère que les entreprises les plus prospères sont celles qui « ravissent » leurs clients, et il pourrait en être de même pour la réaction que vous essayez de susciter chez quiconque investit du temps pour localiser et juger votre présence en ligne.

COMMENT LES RÉSEAUX SOCIAUX INFLUENCERONT VOTRE RÉFÉRENCEMENT SEO EN 2020

Manipulation de l’algorithme

Les avatars numériques, qui sont devenus complexes et significatifs ces dernières années, sont une composante de plus en plus importante de la marque personnelle et professionnelle de chacun. Pour établir votre « soi » en ligne, prenez d’abord en considération les différents publics qui pourraient être intéressés par votre profil. Selon votre carrière, votre rôle et votre niveau dans une organisation, ces publics pourraient inclure des employeurs potentiels, des employés, des investisseurs, des contreparties, les médias, des activistes communautaires et même des fonctionnaires ou des régulateurs.

Avant de commencer à organiser votre présence en ligne, fixez d’abord des objectifs quant à l’impression que vous voulez donner à chaque groupe d’intérêt potentiel, et réfléchissez aux lieux respectifs auxquels chacun aura accès afin de vous évaluer. Pour certaines personnes, la conservation d’une présence en ligne peut être aussi simple que l’ajout, la suppression ou la modification d’une seule photo, vidéo ou publication sur les médias sociaux. D’autres peuvent avoir besoin d’une approche plus complète et plus durable.

Bien sûr, ce processus peut devenir assez complexe et compliqué, créant un jeu du chat et de la souris ou une « course aux armements » entre les humains qui essaient de faire une impression et l’IA qui essaie de l’interpréter. Par exemple, lorsque des chercheurs de l’université de Cambridge ont publié une étude montrant que le fait d' »aimer » les curly fries sur Facebook était associé à un QI plus élevé, les curly fries ont commencé à obtenir un volume beaucoup plus important de « j’aime », probablement parce que les personnes qui lisaient l’histoire voulaient impressionner les algorithmes. L’intelligence artificielle aurait pu corriger son algorithme en ne considérant plus les « j’aime » les curly fries comme une indication d’un QI plus élevé, bien qu’on puisse s’attendre à ce que les personnes qui ont lu et compris cette histoire soient assez intelligentes (au moins au niveau du QI ou de l’intelligence sociale).

LES 4 FAÇONS DONT L’INTELLIGENCE ÉMOTIONNELLE (IE) PEUT AMÉLIORER VOS VENTES

Afin d’impressionner les algorithmes, les personnes et les organisations qui tentent de vous évaluer, il est nécessaire de prendre en compte à la fois votre propre profil (données « intra-personnelles ») et les profils des autres membres de votre groupe de référence (données « inter-individuelles »). Trouver le bon équilibre entre s’intégrer et se démarquer est la clé du succès.

« on n’a jamais une seconde chance de faire une première impression » peut être aussi pertinent aujourd’hui en ligne qu’il l’a toujours été hors ligne. Et quelques pixels seulement peuvent faire toute la différence.

 

Article similaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.