La mangue : Le fruit d’été préféré en Égypte

mangue egypte

La mangue : Le fruit d’été préféré des Égyptiens

Rien ne vaut l’odeur d’un tas de mangues fraîches dans une chaude journée d’été. Quelle que soit la manière dont on choisit de les manger, sous forme de « tasse », de « senan » (dents ou hérisson) ou simplement en mordant dedans, leur intérieur juteux et leur riche saveur sucrée peuvent faire que tout le monde se sente immédiatement mieux.

Les mangues égyptiennes sont un aliment de base chaque été, et elles se présentent sous toutes sortes de formes et de tailles. En fait, les mangues égyptiennes existent en une quinzaine de variétés différentes, dont les plus populaires sont l’Eweis, l’Hendi (indien), la Sedikka, l’Al fons et la Baladi.

Les mangues les plus populaires en Égypte sont généralement de grande taille, de couleur verte à l’extérieur et d’un jaune ou d’un orange vif à l’intérieur. Leur intérieur charnu a une saveur très douce et souvent légèrement acide.

Le climat de l’Égypte, ainsi que son sol, est connu pour être une excellente atmosphère pour la culture des mangues. Cependant, ces merveilleux fruits d’été sont originaires d’Asie du Sud (principalement de l’Inde) et ont été introduits en Égypte au début du XIXe siècle.

Les origines de la mangue

On dit que les mangues existent depuis l’Antiquité, peut-être cultivées en Inde dès l’an 2000 avant Jésus-Christ. Selon un article de Fruit Link, la mangue est « originaire du sud de l’Asie, en particulier de l’est de l’Inde, de la Birmanie et des îles Andaman… [elle] a été cultivée, louée et même vénérée dans son pays d’origine depuis l’Antiquité ».

Le même article poursuit en disant que « elle s’est très tôt répandue en Malaisie, en Asie de l’Est et en Afrique de l’Est, car les Perses l’auraient transportée en Afrique de l’Est vers le 10e siècle après J.-C. ».

Les mangues ont cependant été introduites en Égypte au début du XIXe siècle, en provenance du Sri Lanka.

Selon le même article, Mohamed Ali Pacha a planté les premiers arbustes en 1825 « dans ce qui est aujourd’hui le jardin de la faculté d’agriculture de l’université Ain Shams ».

Les mangues en Égypte

Ismaïlia est connue pour être le principal gouvernorat producteur de mangues en Egypte, avec les gouvernorats de Sharkia, Gizeh, Fayoum, Qena et Nobaria. Selon l’Egyptian Fruit Corner, « ces gouvernorats sont responsables de 88,8% de la production totale égyptienne, soit 197 000 par an ».

C’est le climat estival humide de l’Égypte, ainsi que son sol fertile (plus particulièrement celui du delta du Nil) qui offrent un environnement idéal pour la culture des mangues.

Depuis des années, le fruit de la mangue a gagné en popularité et en importance. À tel point qu’il a même trouvé sa voie dans l’expérimentation culinaire locale. Au cours des deux dernières années, lorsque le mois sacré du Ramadan tombait en été, les mangues se sont de plus en plus intégrées dans les desserts traditionnels du Ramadan.

De la konafa à la mangue, en passant par les gâteaux à la mangue et bien d’autres choses encore, ces fruits bien-aimés ont trouvé de nouvelles méthodes d’utilisation et de consommation.

Tout récemment, le premier festival de la mangue en Égypte, intitulé « Festivango », a eu lieu l’année dernière au parc familial du Caire à El Rehab, dans le Nouveau Caire. Selon un article paru dans Egypt Independent, « les organisateurs du festival ont promis aux participants qu’ils vivraient la mangue de manière tout à fait inhabituelle. Le fruit sera utilisé dans diverses recettes alimentaires, à la fois aigres et sucrées ».

En plus de ce festival, le premier du genre, l’été dernier a également vu la distribution de « mangues sur un bâton » sur plusieurs plages privées de la populaire côte nord de l’Égypte.

Quoi qu’il en soit, ces délicieux fruits d’été sont devenus une denrée de base dans la société égyptienne et font presque office de mascotte pour les mois d’été très animés de l’Égypte.

********************************************************************************************************

PEUT-ON PERDRE LA GRAISSE ABDOMINALE EN BUVANT DU THÉ VERT ?

Laisser un commentaire