Le Maroc exprime son inquiétude après la mutinerie au Mali

la mutinerie au Mali

Le Maroc s’est dit préoccupé par les événements qui se sont déroulés au Mali le 18 août dernier, après que le président et le premier ministre malien aient été saisis par des soldats mutins.

« Attaché à la stabilité au Mali, le Maroc appelle les différentes parties à engager un dialogue responsable et à respecter l’ordre constitutionnel pour préserver les acquis démocratiques et éviter une dégénérescence qui serait préjudiciable au peuple malien », a déclaré le ministre marocain des affaires étrangères.

 

Plus tôt dans la journée de mardi, des soldats ont pris les armes à la base militaire de Kati, une ville située à 15 kilomètres de la capitale Bamako, et ont commencé à arrêter des officiers supérieurs et des fonctionnaires.

Au cours de cet événement, le président du Mali Ibrahim Boubacar Keita et le premier ministre Boubou Cisse ont été détenus par des soldats mutins, aggravant une crise nationale dans un pays déjà aux prises avec une insurrection djihadiste et des protestations de masse.

L’Union africaine a confirmé que le président et le premier ministre du Mali ont été arrêtés à la suite d’une mutinerie de militaires.

La condamnation internationale a suivi cette attaque, à commencer par le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, qui a fermement condamné l’arrestation de Keita et Cisse et a appelé à leur libération.

 

Le Premier ministre malien, maintenant détenu, avait auparavant appelé les troupes de Kati à retourner dans leurs casernes et avait été rejoint par des déclarations de la CEDEAO, de la France et des États-Unis.

« L’Union européenne condamne la tentative de coup d’État en cours au Mali et rejette tout changement anticonstitutionnel ». « Cela ne peut en aucun cas être une réponse à la profonde crise sociopolitique qui frappe le Mali depuis plusieurs mois », a déclaré le vice-président de la Commission européenne dans un tweet.

La France, qui compte plus de 5000 soldats stationnés à travers le Sahel, a condamné la mutinerie et a exhorté l’armée malienne à retourner dans les casernes.

Le chef des Nations unies, Antonio Guterres, a exigé « la libération immédiate et inconditionnelle » du président du Mali et des membres de son gouvernement.

 

Les États-Unis ont souligné dans un tweet qu’ils ne soutiendraient aucun changement de régime par des moyens anticonstitutionnels.

Le nombre de soldats participant à la mutinerie n’est pas clair – tout comme leurs demandes. Certains rapports affirment qu’elle a été alimentée par un conflit sur la solde de l’armée.

Cette rébellion est survenue après des mois de crise politique suite aux retombées des élections législatives au Mali. En mars, le leader de l’opposition Soumaila Cisse a été enlevé trois jours avant le premier tour des élections.

L’AFRIQUE DU SUD A ENCORE UNE AUTRE PRÉOCCUPATION : L’EAU

Laisser un commentaire