Le Maroc et l’Algérie se tournent vers la Russie et la Chine pour un vaccin Covid-19

Le Maroc et l’Algérie se tournent vers la Russie et la Chine pour un vaccin Covid-19

Les gouvernements d’Afrique du Nord comptent une fois de plus sur des sources étrangères pour les aider à gérer leurs crises. Après avoir reconnu que leur concentration sur l’hydroxychloroquine, fournie par des sources étrangères, était une mauvaise approche et ne menait à rien, ils tournent maintenant leur attention vers la Chine et la Russie pour sauver la situation. En fait, des essais cliniques de vaccins étrangers sont en cours en Afrique du Nord avec tous les risques qu’un tel essai comporterait pour ceux qui acceptent d’y participer.

En Algérie, les responsables de la santé publique se tournent vers un vaccin anti-Covid19 qui aurait été découvert par des scientifiques russes. L’Institut Pasteur d’Algérie a commencé cette semaine à négocier avec une équipe de chercheurs russes en visite sur « l’acquisition du vaccin », selon le directeur général de l’Institut, le Dr Fawzi Derrar. Derrar a déclaré que des discussions sont en cours sur des « questions techniques ». Il a révélé que des discussions sont également en cours avec des spécialistes chinois dont le pays travaille sur un autre vaccin anti-Covid. Le 11 août, le président Vladimir Poutine a annoncé que la Russie avait mis au point le premier vaccin contre le coronavirus, en précisant que sa fille « avait participé à l’expérience » en recevant une dose. Le lendemain, le ministre algérien de la santé, Abderrahmane Benbouzid, a reçu l’ambassadeur russe en Algérie pour discuter de ce vaccin. Les responsables algériens disent vouloir que leur pays soit parmi les premiers à se doter d’un éventuel vaccin contre le virus, et ont même estimé qu’une campagne de vaccination pourrait toucher 70 % de la population.

Le nombre de nouveaux cas quotidiens de coronavirus en Algérie a diminué au cours des dernières 24 heures (au 26 août), avec 370 nouvelles infections enregistrées, contre 398 la veille et 392 le dimanche. Sur les 370 nouveaux cas enregistrés lundi, 77 ont été identifiés à Alger et 40 à Blida. Dix nouveaux décès ont été signalés au cours des dernières 24 heures, le bilan cumulé de l’Algérie s’élevant à 1.456 morts depuis l’annonce de la première victime le 12 mars. Le nombre cumulé de personnes infectées depuis l’apparition du virus s’élève à 42 228 au 26 août. Cependant, les données sont probablement peu fiables étant donné l’absence de vérification indépendante.

Au Maroc, les essais cliniques d’un vaccin chinois contre le coronavirus doivent commencer cette semaine à l’hôpital militaire de Rabat, au Centre hospitalier universitaire (CHU) Ibn Sina de la capitale et à l’hôpital universitaire Ibn Rochd de Casablanca. Selon les médias locaux, 5 000 volontaires marocains seront soumis à ces essais cliniques, et seront répartis en trois groupes dans les trois hôpitaux. Ils seront isolés pendant 40 jours, où ils seront suivis et contrôlés quotidiennement par des équipes médicales. Selon les médias de Ya Biladi, le Maroc a signé deux accords de partenariat avec le laboratoire chinois Sinopharm CNBG (China National Biotec Group Company Limited) dans le domaine des essais cliniques du vaccin contre Covid-19.

Le Maroc lutte toujours pour contenir la propagation du virus, comme l’illustre sa propagation dans le monde du sport. Depuis la reprise de ses activités et de son entraînement, la ligue nationale de football du Maroc connaît une augmentation des infections à Covid-19, ce qui a obligé à reporter plusieurs matchs prévus. À ce jour, on compte plus de 90 infections dans les clubs de la première division marocaine et de nombreuses autres dans les divisions de niveau inférieur. Réagissant à la propagation du virus, la Fédération royale marocaine de football (FRMF) a demandé à tous les clubs d’isoler les joueurs et le personnel technique qui sont infectés par le Covid-19, afin de permettre aux joueurs non infectés de reprendre leur entraînement et de jouer des matchs. Plusieurs clubs ont annoncé des infections dans leurs rangs. L’Ittihad Riadhi de Tanger est l’équipe la plus touchée, avec 34 joueurs et membres du personnel. Le Raja de Beni Mellal, au bas du classement actuel de la compétition, compte pour sa part 15 cas confirmés, dont neuf joueurs.

Même les politiciens n’ont pas été épargnés. Amina Maelainine est la cinquième parlementaire du parti islamiste PJD à annoncer qu’elle a contracté le coronavirus. Les autres sont Hussein Abbadi, le député et maire de Marrakech Mohamed Laarbi Belcaid, ainsi que Said Essadeq et Abdellah Hennaoui. Abdellah Hennaoui, président de la municipalité d’Errachidia. Le ministre de l’équipement, des transports, de la logistique et de l’eau, Abdelkader Amara, également du PJD, a également été infecté par le coronavirus en mars dernier.

AL QUARAOUIYINE: LA PREMIÈRE UNIVERSITÉ AU MONDE, QUI EXISTE TOUJOURS, SE TROUVE AU MAROC

Laisser un commentaire