Après les Émirats arabes unis et Bahreïn , Trump vise le Maroc

Suite à l’accord controversé entre Israël et deux Etats arabes, le président américain se tourne vers le Maroc pour sa prochaine action diplomatique afin de renforcer son soutien avant les élections de novembre.

Après les accords de normalisation controversés avec les Émirats arabes unis (EAU) et le Bahreïn, le président américain Donald Trump et son administration se tournent vers le Maroc, qui abrite la plus grande communauté juive du monde arabe, en introduisant des vols directs entre Israël et ce pays d’Afrique du Nord.

L’ouverture de la ligne aérienne pourrait être la prochaine étape vers la paix au Moyen-Orient, selon la chaîne de télévision israélienne N12, dont les efforts ont été rapportés samedi par Trump. On rapporte également que Washington continuera à faire pression pour qu’Oman et le Soudan nouent des liens diplomatiques avec Israël, dans le cadre d’un effort pour accumuler le plus de réalisations possibles sur la scène mondiale moins de deux mois avant l’élection présidentielle et une occasion de renforcer le soutien des chrétiens évangéliques pro-israéliens. En plus des accords avec les EAU et le Bahreïn, M. Trump a annoncé la semaine dernière des accords de principe pour que le Kosovo reconnaisse Israël et que la Serbie déplace son ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem.

Le Premier ministre marocain Saadeddine Othmani a déclaré le mois dernier qu’il était opposé à un accord de normalisation avec Israël, en invoquant les droits des Palestiniens. Plus tard, cependant, il a déclaré au site d’information marocain Le360 qu’il s’était exprimé en sa qualité de président du Parti islamiste modéré pour la justice et le développement (PJD) et non au nom du gouvernement.

Après le début du processus de paix avec les Palestiniens par la signature des accords d’Oslo, Israël et le Maroc ont commencé à normaliser leurs relations en 1993 et ont établi des bureaux de liaison. Cependant, le Maroc a de nouveau gelé ses relations avec Israël il y a 20 ans, après le déclenchement de la deuxième Intifada palestinienne en 2000. Depuis lors, il entretient depuis longtemps des liens informels mais étroits avec Israël dans le domaine du renseignement, en raison de sa communauté juive considérable. Quelque 3 000 juifs vivent au Maroc – la plus grande communauté juive du monde arabe.

En échange de l’établissement de liens diplomatiques avec Israël, le Maroc est censé améliorer ses relations avec les États-Unis afin d’obtenir un soutien pour l’impasse au Sahara occidental, l’un des plus anciens conflits africains.

Trump a annoncé vendredi que le Bahreïn établirait des relations diplomatiques avec Israël. Les Palestiniens ont vivement critiqué cette décision, la qualifiant de « trahison ». Les Palestiniens ont vu une érosion constante du soutien arabe autrefois unifié – l’une des rares cartes qu’ils détenaient encore comme levier contre Israël – depuis que Trump a commencé à poursuivre un programme résolument pro-Israël.

« C’est un nouveau coup de poignard dans le dos de la cause palestinienne, du peuple palestinien et de ses droits », a déclaré Wasel Abu Yousef, un haut fonctionnaire palestinien. « C’est une trahison de Jérusalem et des Palestiniens… Nous ne voyons absolument aucune justification à cette libre normalisation avec Israël ».

L’accord, négocié par les États-Unis, intervient quatre semaines après que les Émirats arabes unis aient conclu un accord similaire avec Israël. Les EAU et le Bahreïn se sont écartés de la stratégie précédente des États arabes visant à résoudre le conflit avec les Palestiniens, condition de la normalisation des relations avec Israël.

La Turquie condamne l’accord :

La Turquie a fermement condamné l’accord de normalisation visant à établir des relations diplomatiques entre Bahreïn et Israël, affirmant que cet accord est en contradiction avec les engagements pris dans le cadre de l’Initiative arabe de paix et de l’Organisation de coopération islamique (OCI). Selon les responsables turcs, cette mesure portera un nouveau coup aux efforts de défense de la cause palestinienne et encouragera davantage Israël à poursuivre ses pratiques illégitimes à l’égard des Palestiniens.

« Nous sommes préoccupés et condamnons fermement l’engagement de Bahreïn à établir des relations diplomatiques avec Israël », a-t-il déclaré dans une déclaration.

Les autorités turques ont souligné que le seul moyen de parvenir à une paix et une stabilité durables au Moyen-Orient est de trouver une solution juste et globale à la question palestinienne dans le cadre du droit international et des résolutions de l’ONU.

Laisser un commentaire