les publicité de Noël
Le mois de novembre annonce le début des fêtes de fin d’année, grâce à la vague des publicités qui arrivent, mais il est indéniable que Noël sera très différent.
Noël est une grande affaire pour les détaillants. Nombre d’entre eux comptent sur une bonne période de festivités pour se maintenir jusqu’au début de la nouvelle année, car de fortes ventes saisonnières peuvent annoncer une année prometteuse. C’est pourquoi les publicités de Noël fait l’objet d’un stock important.
Les publicités publiées jusqu’à présent à l’approche de Noël 2020 ont un point commun : elles ne prononcent pas le mot « c » et n’abordent pas la pandémie de manière trop directe. Au contraire, elles s’efforcent de nous remonter le moral avec un humour plein de tact tout en nous rassurant sur le fait que ce Noël peut encore être formidable, ce que le public attend bien sûr avec impatience.
Le timing est primordial dans le domaine des publicités !
Pour créer la publicité de Noël parfaite, il faut comprendre l’humeur du public, exploiter des thèmes pertinents et trouver un équilibre entre la promotion et le message. Il n’est pas surprenant que ce soit un défi et les grands distributeurs l’ont relevé avec des budgets croissants pour répondre aux attentes croissantes du public.
En général, les annonceurs ont leurs campagnes de Noël dans le sac au début du mois de septembre. Mais avec tous les changements et les restrictions que nous avons connues, il est plus difficile que jamais pour les publicitaires de prévoir où en sera le pays en décembre. C’est peut-être la raison pour laquelle tant de personnes ont ignoré ou ont fait un signe de tête en disant que 2020 était une année très différente.
L’exemple  TK Maxx

L’une des premières publicités festives à avoir été diffusée est celle de TK Maxx. Abordant indirectement la pandémie, cette publicité raconte l’histoire excentrique d’un fermier qui habille sa chèvre avec des vêtements de marque parce qu' »elle a eu une année vraiment difficile ». Ils n’en font pas tout un plat, car n’oubliez pas que les détaillants ont des produits à vendre et que déprimer son public n’est pas la solution pour voir les choses s’envoler des rayons (virtuels).

L’exemple Lewis

Les annonceurs savent ce qui fait vibrer les gens et utilisent des techniques de persuasion pour faire passer leur message. Selon l’expert en marketing et en psychologie Robert Cialdini, il existe six principes clés pour y parvenir, la cohérence étant le premier. Nous aimons que les marques soient cohérentes dans ce qu’elles ont dit ou fait précédemment, de sorte que les détaillants qui diffusent des publicités de Noël conformes à nos attentes, comme les master-classes de John Lewis sur le conte, peuvent s’attendre à être bien reçus.

John Lewis est la vedette en haut de l’arbre publicitaire, la publicité de Noël la plus attendue de toutes. Le détaillant a donné le ton à la superproduction, en incitant des millions de personnes à concevoir, créer et diffuser des histoires réconfortantes qui semblent plus adaptées au grand écran qu’à une pause publicitaire.

Pendant dix ans, nous avons eu droit à des contes d’animaux de la forêt, de bonhommes de neige, de pingouins et de monstres, afin de démontrer le véritable sens de Noël – faire quelque chose de gentil pour ceux que l’on aime – parallèlement aux évidentes sous-entendus commerciaux qui vous poussent à faire votre shopping de Noël avec eux.

Réfléchissez un peu !

Je n’ai pas été déçu par la nouvelle publicité de John Lewis and Partners « Give a Little Love ». Elle contient la musique émotionnelle attendue pour faire avancer l’histoire et une histoire touchante – en fait, elle contient neuf histoires basées sur des actes de gentillesse, dans un mélange d’action en direct et d’animation en stop-motion.

Le deuxième principe de la science de la persuasion à mettre en avant est l’idée de consensus. Cela suggère que les gens se tournent vers les actions et les comportements des autres pour déterminer les leurs, en particulier lorsque les temps sont incertains. Et pour moi, c’est là que tombe « Give a Little Love ».

Il se concentre sur les actes de gentillesse, inspirés par ceux qui ont été témoins du premier confinement, mais les personnages montrés en train de voyager dans les transports publics semblent avoir oublié leur masque.

Regarder des publicités qui ne reflètent pas notre réalité actuelle peut être dérangeant et, au pire, affecter la façon dont nous nous comportons à notre tour.

Alors que le mantra actuel du gouvernement britannique est « mains, visage, espace », voir les gens interagir avec d’autres dans des espaces publics fermés sans masque ni distanciation sociale sape cet effort important. Selon John Lewis, « ensemble, nous pouvons faire la différence » – la présence de personnages portant des masques aurait permis d’y parvenir.

Chapeau à Amazon pour avoir inclus une personne portant un masque dans son histoire d’une ballerine déçue de ne pas pouvoir se produire, mais qui a trouvé un moyen pour que le spectacle continue.

 

Conclusion :

Personne n’aurait pu prédire l’année 2020 et les annonceurs ont eu la tâche délicate d’évaluer l’humeur du public et les circonstances de Noël des mois précédents. Les nombreuses personnes qui s’en sont tenues à des formules éprouvées, en évitant de mentionner ouvertement le coronavirus dans leurs publicités, ont peut-être réussi à préserver les ventes. Mais il est raisonnable de s’attendre à ce que le public réagisse plus positivement aux détaillants qui ont fait preuve de sensibilité dans leurs récits promotionnels.

===>  Pourquoi le nombre et la gravité des cas de coronavirus sont susceptibles d’augmenter ?

Article similaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.