La saison de la grippe au Canada est « exceptionnellement basse » jusqu’à présent, selon la santé publique

À ce stade de la saison de la grippe de l’année dernière, le Canada avait déjà enregistré 711 cas positifs de grippe.

Cette année, il n’y en a eu que 17 jusqu’à présent.

« La grippe est loin derrière la balle de huit ici », a déclaré le Dr Gerald Evans, directeur du département des maladies infectieuses de l’université Queen’s à Kingston, en Ontario.

De nombreux experts de la santé craignaient qu’une vague automnale de COVID-19 ne soit non seulement pire que la première vague du printemps, mais qu’elle survienne juste au moment où les infections grippales saisonnières commencent à se propager, rendant impossible le suivi des hôpitaux.

Le COVID-19 s’avère pire cet automne, avec plus de 1 400 personnes hospitalisées, dont environ un cinquième en soins intensifs. La grippe, en revanche, ne l’est pas.

Durant la première semaine de novembre, aucune province ou territoire n’a signalé un seul patient hospitalisé pour la grippe, contre 60 durant la même semaine il y a un an.

En 2019, les provinces ont signalé 147 cas de grippe confirmés en laboratoire la première semaine de novembre. Cette année, elles en ont signalé quatre.

Et ce, malgré le fait que le nombre de personnes testées pour la grippe est plus de deux fois supérieur à la normale – près de 10 000 tests effectués au cours de la première semaine de novembre, contre une moyenne d’environ 4 500 sur six ans.

« Le pourcentage de tests de laboratoire positifs pour la grippe est resté à des niveaux exceptionnellement bas », indique le rapport hebdomadaire de surveillance de la grippe de l’Agence de santé publique du Canada.

Les signes provenant de l’hémisphère sud, qui est le premier touché par la saison de la grippe, permettaient d’espérer que la « twindémie » ne se produirait pas ici.

La Nouvelle-Zélande a déclaré que ses infections grippales avaient diminué de 99,8 % et en Australie, les cas de grippe confirmés en laboratoire ont diminué de 93 %. En 2019, plus de 800 Australiens sont morts de la grippe. En 2020, ce chiffre est de 36.

En Afrique du Sud, l’Institut national des maladies transmissibles n’a signalé qu’un seul cas de grippe sur les quelque 4 000 tests de surveillance aléatoires effectués. La plupart des années, le programme détecte environ 1 000 cas.

Alors que la saison de la grippe au Canada n’en est qu’à ses débuts – elle commence généralement fin août et s’éteint en avril – M. Evans a déclaré que tous les signes ici suggèrent que le Canada finira par signaler des chiffres similaires.

Il a déclaré que le mérite en revient principalement aux mesures de santé publique prises pour ralentir le COVID-19, au lavage des mains, à la distanciation sociale et au port de masques, ainsi qu’à la chute spectaculaire des voyages internationaux.

M. Evans a déclaré que même si les voyageurs de l’étranger entrent dans le pays, ils sont moins susceptibles d’emporter la grippe avec eux, car la grippe est si faible ailleurs aussi.

Le Canada pousse également le vaccin contre la grippe plus loin que jamais, et les Canadiens sont à l’écoute. Bien que les provinces canadiennes aient commandé près de 25 % de vaccins antigrippaux de plus que l’année dernière, beaucoup d’entre elles ne parviennent pas à répondre à la demande.

L’Alberta a déjà vacciné 1,14 million de personnes, moins d’un mois après que le vaccin y soit devenu disponible. En 2019, la province a vacciné 1,4 million de personnes au total.

M. Evans a déclaré qu’une population plus vaccinée, luttant contre un virus moins répandu, allait faire de cette saison de la grippe un non-événement.

« C’est la tempête parfaite pour ne pas avoir une très bonne saison de grippe », a-t-il dit.

Non seulement cela aidera les hôpitaux à faire face au COVID-19, mais cela signifie aussi que moins de Canadiens vont mourir.

Ce rapport de la Presse canadienne a été publié pour la première fois le 17 novembre 2020.

0 Replies to “La saison de la grippe au Canada est « exceptionnellement basse » jusqu’à présent, selon la santé publique”