Selon des études, les mères vaccinées peuvent transmettre les anticorps du coronavirus par le lait maternel.

mères vaccinées

Bien que les vaccins COVID-19 actuels n’aient pas été approuvés pour les nourrissons, il se trouve qu’il existe une autre façon pour les bébés d’obtenir des anticorps dans leur système : par le lait maternel des mères qui ont été vaccinées elles-mêmes.

Plusieurs études récentes ont montré que les anticorps peuvent être transmis de la mère à son enfant par l’allaitement.

Les études précédentes portaient sur les mères qui étaient elles-mêmes infectées par le COVID-19, mais de nouvelles données ont également examiné si les mères vaccinées pouvaient transmettre des anticorps.
Une petite étude, publiée fin mars dans l’American Journal of Obstetrics and Gynecology, a suivi cinq femmes pendant plusieurs mois afin de déterminer combien de temps les anticorps pouvaient être présents dans le lait maternel après la vaccination.

En examinant des échantillons de lait maternel prélevés à différents stades, ils ont constaté qu’il y avait encore des anticorps protecteurs dans le lait maternel des femmes 80 jours après qu’elles aient été vaccinées avec le vaccin Pfizer.

« Notre étude a montré une énorme augmentation des anticorps contre le virus COVID-19 dans le lait maternel à partir de deux semaines après la première injection, et cette réponse s’est maintenue tout au long de notre étude, qui a duré presque trois mois », a déclaré Jeannie Kelly, premier auteur et professeur adjoint d’obstétrique et de gynécologie à la faculté de médecine de l’université de Washington, dans un communiqué de presse mardi. « Les niveaux d’anticorps étaient encore élevés à la fin de notre étude, donc la protection se prolonge probablement encore plus longtemps. »

Bien qu’il soit impossible de savoir définitivement si les anticorps empêcheraient un nourrisson de contracter le COVID-19, on a constaté que le niveau d’anticorps dans le lait maternel atteignait des « niveaux immunosuffisants » un peu plus de deux semaines après la première injection, indique le communiqué.

« Ainsi, se faire vacciner pendant l’allaitement protège non seulement la mère, mais aussi le bébé, et ce pendant des mois », a déclaré M. Kelly.

Misty Good, professeur adjoint de pédiatrie à l’université de Washington et auteur principal de l’étude, a déclaré dans le communiqué que, bien qu’ils soient limités par le petit nombre de participants, les travaux de recherche apportent néanmoins des « nouvelles encourageantes ».

« Notre article est le premier à montrer que les anticorps du COVID-19 persistent dans le lait maternel pendant des mois après la vaccination de la mère », a-t-elle déclaré.

D’autres données préliminaires semblent appuyer leurs travaux. Une autre étude récente – qui n’a pas encore fait l’objet d’un examen par les pairs – a examiné des échantillons de lait maternel provenant de 10 personnes qui avaient été récemment vaccinées avec le vaccin Moderna ou Pfizer, et a trouvé des niveaux significatifs d’un anticorps spécifique, appelé IgG.

Bien que ce phénomène doive faire l’objet de recherches plus approfondies, il fait écho à des recherches antérieures qui ont révélé que les mères allaitantes dont le test de dépistage du COVID-19 était positif transmettaient des anticorps à leurs enfants par le lait maternel.

Une étude publiée en février qui s’est penchée sur la question a indiqué que les nourrissons n’avaient pas nécessairement besoin d’être séparés de leur mère si celle-ci avait contracté le COVID-19.

« Ces premiers résultats suggèrent que le lait maternel des mères qui ont été infectées par le COVID-19 contient des anticorps spécifiques et actifs contre le virus, et qu’elles ne transmettent pas le virus par le lait », a déclaré Bridget Young, l’un des auteurs de l’étude et professeur adjoint au département de pédiatrie du centre médical de l’université de Rochester, dans un communiqué de presse.

La façon dont la transmission ou la protection du COVID-19 fonctionne en ce qui concerne la grossesse est une question qui a persisté tout au long de la pandémie.

Très tôt, on a craint que les femmes enceintes ne transmettent le COVID-19 à leur enfant à naître. Au moins une étude a montré que si les mères n’ont pas infecté leurs enfants in utero, elles ont transmis des anticorps pour combattre le COVID-19.

La question de savoir si les anticorps transmis par un parent vacciné ou infecté confèrent à l’enfant une protection suffisante et si cette protection dure est une question à laquelle il faut encore répondre.

Mais les fabricants de vaccins travaillent à étendre leurs vaccins aux enfants : Moderna mène des essais cliniques au Canada pour des enfants âgés de 5 à 11 ans, tandis que les données de Pfizer sur l’utilisation du vaccin chez les 12 à 15 ans seront examinées par Santé Canada dans quelques semaines.

0 Replies to “Selon des études, les mères vaccinées peuvent transmettre les anticorps du coronavirus par le lait maternel.”