Pourquoi la diplomatie chinoise des vaccins réussit à s’imposer ?

Les vaccins chinois COVID-19 ont été expédiés dans plus de 80 pays pour une utilisation commerciale ou d’urgence. Parmi eux, 53 pays ont reçu des vaccins gratuitement (dont des pays en développement d’Afrique et certains pays asiatiques d’importance stratégique comme les Philippines et le Pakistan) et 27 pays à revenu intermédiaire ont payé les doses. En distribuant des vaccins aux pays en développement, Pékin s’est présenté comme une solution à la pandémie plutôt que comme l’origine du coronavirus.

La diplomatie avancée de la Chine en matière de vaccins contraste avec la politique du « moi d’abord » des États-Unis et de l’Union européenne. Confrontés à une pénurie d’approvisionnement, les dirigeants des États-Unis et de l’Union européenne ont dû faire face à des taux d’infection et à un nombre de décès élevés chez eux et ont ressenti le besoin d’inoculer d’abord leurs populations nationales. Les populations les plus pauvres et les plus vulnérables du monde se retrouvent ainsi sans approvisionnement en vaccins et en danger. La Chine n’a pas été confrontée à ces problèmes et peut se permettre d’envoyer des vaccins à l’étranger.

En se montrant présente et en contribuant à combler les lacunes de l’approvisionnement mondial en vaccins, la Chine a gagné du terrain dans la diplomatie des vaccins. Le président Xi Jinping a promis que les vaccins chinois seraient fournis comme un bien public mondial. Mais une grande partie des vaccins chinois ne sont pas gratuits – certains pays ont payé les fabricants de vaccins chinois. L’absence des États-Unis et de l’Union européenne dans la diplomatie des vaccins n’échappe pas aux pays qui se battent pour mettre des vaccins dans les bras des gens.

De nombreux pays préféreraient les vaccins Pfizer et Moderna fabriqués aux États-Unis ou dans l’Union européenne aux vaccins chinois s’ils avaient le choix, mais ils n’y ont pas accès. Ces pays sont désespérés et ont sauté sur l’occasion de recevoir des vaccins chinois.

Les entreprises chinoises sont également plus disposées que leurs homologues occidentales à conclure des accords de licence pour produire des vaccins dans des pays étrangers. Par exemple, l’Indonésie est devenue une plaque tournante régionale pour le CoronaVac de Sinovac par le biais de sa société pharmaceutique d’État Bio Farma. Les Émirats arabes unis (EAU) ont choisi Sinopharm parce qu’elle était prête à mener des essais cliniques de phase trois dans les EAU et à mettre en place des capacités de production de vaccins dans le pays. Sinopharm a également pris des dispositions pour fabriquer son vaccin aux EAU en vue de sa distribution régionale.

La diplomatie vaccinale de Pékin fait appel à la propagande pour renforcer la perception de la Chine comme une puissance généreuse et responsable. Les médias chinois ont couvert chaque livraison de vaccins. Le décor est planté par un scénario standard. Lorsqu’un avion-cargo atterrit, il est accueilli par de hauts dirigeants locaux accompagnés d’ambassadeurs chinois qui se pâment devant la cargaison de vaccins.

La diplomatie des vaccins a contribué à accroître l’influence de la Chine et lui a permis de tirer parti de nouvelles opportunités. La Chine a distribué des vaccins aux participants à son initiative « la Ceinture et la Route » (Belt and Road Initiative, BRI) et a amélioré l’accès préférentiel aux vaccins parallèlement aux investissements dans les projets d’infrastructure et de connectivité. Selon un rapport de Think Global Health publié en avril, sur les 56 pays auxquels la Chine a promis des doses, tous sauf un participaient à son initiative « la Ceinture et la Route ».

Baptisée « Route de la soie de la santé », la diplomatie des vaccins a permis à l’industrie pharmaceutique chinoise, en proie à des scandales et à un manque de confiance dans le pays et à l’étranger, de prendre pied. En faisant de Sinovac et Sinopharm des noms connus dans les pays étrangers, la Chine pourrait changer ces perceptions.

Bien que les fabricants de vaccins chinois aient été parmi les premiers au monde à entamer des essais cliniques et à communiquer eux-mêmes certains résultats clés, beaucoup n’ont pas publié de données complètes dans des revues à comité de lecture. Cela a alimenté le scepticisme quant à leur sécurité et leur efficacité. Gao Fu, directeur du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, a indiqué en avril que les vaccins chinois n’étaient pas aussi efficaces qu’on l’espérait et que leur mélange faisait partie des stratégies envisagées pour renforcer leur efficacité.

Certains pays se sont montrés réticents à l’égard des vaccins chinois. Singapour a reçu sa première cargaison de vaccins Sinovac en février, mais les autorités réglementaires singapouriennes n’ont pas approuvé leur utilisation, préférant utiliser les vaccins Pfizer et Moderna. Le président polonais Andrzej Duda a discuté avec le président Xi de l’achat de vaccins chinois en mars. Pourtant, les autorités sanitaires polonaises ont recommandé de ne pas utiliser les vaccins chinois en raison du manque de données.

Des inquiétudes sont également apparues quant à la capacité de production de la Chine à suivre le rythme d’une liste toujours plus longue de clients étrangers et de sa campagne de vaccination nationale. Le gouvernement turc a commandé 20 millions de doses du vaccin chinois Sinovac. Mais les retards de livraison ont contraint le gouvernement à revoir à plusieurs reprises son calendrier de vaccination. L’Égypte a acheté un total de 40 millions de doses de vaccin à Sinopharm en janvier, mais n’avait reçu qu’un infime pourcentage de sa commande de vaccins de la Chine à la mi-avril. Cette tension s’intensifiera à mesure que la demande intérieure de vaccins de la Chine augmentera.

La Chine a poursuivi sa diplomatie en matière de vaccins en l’absence des États-Unis et d’autres pays occidentaux. Ces pays devraient rivaliser et coopérer avec la Chine pour surmonter les goulets d’étranglement dans la distribution mondiale des vaccins et faire en sorte que toutes les nations, en particulier les pays en développement, reçoivent les vaccins dont ils ont besoin pour vaincre enfin le COVID-19.

 

0 Replies to “Pourquoi la diplomatie chinoise des vaccins réussit à s’imposer ?”