Pourquoi la tension augmente-t-elle à la frontière de Gibraltar ?

la frontière de Gibraltar

Les affrontements entre le Royaume-Uni et l’UE sur les dispositions relatives à la frontière de Gibraltar à la suite du Brexit ont entraîné une incertitude quant à l’avenir de ce territoire longtemps contesté.

Mardi, la Commission européenne a publié un projet de mandat décrivant les réglementations frontalières post-Brexit du territoire. De manière controversée, la proposition prévoit que les gardes-frontières espagnols aient « tous les pouvoirs et obligations nécessaires pour effectuer les contrôles et la surveillance des frontières » et qu’ils « assument la responsabilité de tous les contrôles des personnes arrivant au port et à l’aéroport de Gibraltar », rapporte The Times.

Le mandat confie également à l’Espagne la délivrance des visas, en précisant que les ressortissants britanniques (autres que les résidents de Gibraltar) « seront traités comme des ressortissants de pays tiers aux fins de l’entrée et du séjour à Gibraltar », indique le journal espagnol El Pais. Actuellement, les ressortissants britanniques n’ont pas besoin de visa pour entrer à Gibraltar.

Une source du Foreign Office a déclaré au Telegraph qu’autoriser le gouvernement espagnol à faire respecter la frontière reviendrait à mettre des « bottes espagnoles sur le terrain » à Gibraltar et serait rejeté par Westminster. La souveraineté sur le territoire britannique d’outre-mer, qui compte seulement 32 000 habitants, est depuis longtemps contestée par l’Espagne et le Royaume-Uni, sa situation à seulement 12 miles des côtes d’Afrique du Nord lui conférant une importance stratégique pour les deux nations.

Dans une déclaration reprise par la BBC, le ministre des affaires étrangères, Dominic Raab, a déclaré qu’il était « déçu » que le « pragmatisme et la flexibilité du Royaume-Uni dans la recherche d’arrangements qui fonctionnent pour toutes les parties » n’aient pas été réciproques. Il a ajouté que le mandat proposé « cherche à saper la souveraineté du Royaume-Uni sur Gibraltar et ne peut constituer une base de négociation ».

La dernière proposition de la Commission européenne revient sur un accord provisoire conclu l’année dernière par le Royaume-Uni, l’Espagne et Gibraltar, qui prévoyait que l’UE prendrait la responsabilité des points de passage frontaliers vers Gibraltar, gérés par Frontex, l’agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes.

Cet « accord-cadre » avait été conçu « pour permettre au territoire d’entrer de fait dans l’espace de libre circulation Schengen de l’UE », explique le Times, qui permet aux citoyens de se déplacer librement sans contrôle aux frontières dans la plupart des pays de l’UE et dans d’autres États non membres de l’UE, dont la Norvège, la Suisse et le Liechtenstein. Donner à Gibraltar le statut Schengen « est considéré comme essentiel pour son économie », ajoute le journal.

« Si le Royaume-Uni, l’Espagne et Gibraltar » se sont mis d’accord sur ces arrangements l’année dernière, alors « pourquoi diable l’UE essaie-t-elle de nous saper et de créer ce désordre ? », a demandé au Telegraph la source anonyme du Foreign Office.

Selon le journal, certaines personnalités de Whitehall ont interprété la publication du projet de mandat de la Commission européenne comme « une tentative de Bruxelles de faire pression sur les pourparlers relatifs au protocole sur l’Irlande du Nord ». La proposition est intervenue un jour avant que le ministre du Brexit, Lord Frost, n’exige des changements « significatifs » aux accords commerciaux post-Brexit de l’Irlande du Nord.

Le Conseil européen doit approuver le projet de mandat avant que l’UE puisse lancer les négociations avec le Royaume-Uni, indique Politico.

0 Replies to “Pourquoi la tension augmente-t-elle à la frontière de Gibraltar ?”