les maisons au-dessus du sol

La stratégie consistant à élever les maisons au-dessus du sol a gagné en popularité dans les années 1920, lorsque Le Corbusier a annoncé les structures sur pilotis comme l’un des 5 points de l’architecture moderne. Une grande contribution, surtout dans la question urbaine, car elle permet la création d’un espace libre avec une plus grande connexion entre la sphère publique de la rue et la sphère privée du bâtiment. Son emblématique Villa Savoye est un exemple paradigmatique de l’utilisation des pilotis qui permet de préserver le terrain naturel et, comme le disait Le Corbusier lui-même, de placer la maison sur l’herbe comme un objet, sans rien déranger.

En outre, les pilotis ont également servi de stratégie pour la circulation des véhicules, comme le montre la non moins emblématique Casa de Vidro de Lina Bo Bardi et ses minces tubes d’acier. Disposés selon une modulation de quatre modules en largeur sur cinq en profondeur, ils maintiennent la maison comme une boîte flottante transparente au milieu de la nature, respectant le terrain et contribuant au confort thermique du bâtiment en permettant la circulation de l’air.

Avec le temps et l’avancée conséquente de la technologie, différentes formes et audaces structurelles ont également été explorées dans les pilotis, donnant lieu à des formes inclinées, asymétriques, arrondies et avec une disposition variée. Dans ce cas, il serait impossible de ne pas mentionner Villa dall’Ava du bureau dirigé par Rem Koolhas, OMA, avec ses minces piliers en acier peints dans des tons de noir et de gris qui soutiennent le plus grand des deux volumes, dominant la façade sur rue. Grâce à cette stratégie, en plus de libérer le terrain et de respecter sa pente naturelle, il a été possible d’élever la maison de sorte que les espaces de vie et la piscine sur le toit aient des vues sur l’horizon de Paris.

 

Dans les exemples mentionnés ci-dessus, le bâtiment est considérablement surélevé par rapport au sol, ce qui permet de créer un étage entier, avec pour principaux avantages de libérer les plantes, d’adoucir la transition entre le naturel, de réduire l’impact sur le sol et d’apporter de la légèreté à la composition formelle. En termes de conception, les possibilités sont innombrables, comme en témoigne cet article, dans lequel nous présentons une sélection de projets résidentiels brésiliens construits sur des pilotis.

Cependant, il n’est pas toujours possible ou nécessaire de créer un niveau entier pour bénéficier de certains avantages de l’élévation de la construction, car il suffit de la déplacer de quelques centimètres du sol. Un exemple historique de cette stratégie de conception est la maison Farnsworth de Mies van der Rohe, dont les piliers métalliques touchent doucement le sol et provoquent un effet esthétique très intéressant. Néanmoins, il convient de mentionner que sa fonction première était de protéger la maison des inondations, puisque le terrain sur lequel elle a été construite se trouve sur les rives d’une rivière.

Aujourd’hui, plus de sept décennies après le projet Farnsworth, la stratégie d’élévation du sol peut être vue dans différents contextes et définie pour diverses raisons. Lorsqu’il s’agit de terrains irréguliers, par exemple, la décision de surélever la maison est guidée par la réduction de la nécessité de déplacer le sol, ce qui réduit le temps et les dépenses de travail, tout en protégeant l’environnement, puisque la zone de drainage reste inchangée. En outre, certains terrains situés dans des régions difficiles d’accès, comme les forêts et les côtes sauvages, nécessitent de grands efforts si l’on veut déplacer des machines lourdes. Dans ce contexte, la Résidence Jatobás est un exemple intéressant car elle travaille avec la pente du terrain, en élevant l’une des extrémités de la maison, ainsi que la Résidence GN et ses piliers dirigés par des mains françaises qui reçoivent les charges ponctuelles en les distribuant en seulement 4 « arbres ».
Dans un climat chaud et humide comme celui du Brésil, les maisons sont surélevées du sol, même si c’est à une petite hauteur, car de cette façon il est possible de protéger le bâtiment de l’humidité provenant du sol et de permettre à l’air de circuler sous la dalle, aidant ainsi à la performance thermique du bâtiment, comme on peut le voir dans la maison Redux du Studio MK27 + Samanta Cafardo et sa dalle surélevée de 50 cm du sol.

Lire aussi => CONTRÔLEZ L’ÉQUILIBRE ENTRE VOTRE VIE PROFESSIONNELLE ET VOTRE VIE PRIVÉE POUR ÉVITER LE BURN-OUT.

L’élévation des maisons peut également être motivée par la prévention de l’entrée de petits insectes, surtout lorsqu’il s’agit d’implantations dans des milieux naturels, comme dans le cas de la maison Vila Rica de Bloco Arquitetos. En outre, généralement, l’imperméabilisation des poutres de fondation dans les maisons à un étage est une étape qui nécessite un investissement élevé, cependant, lorsque la construction est surélevée par rapport au sol, cette étape peut être réduite ou même éliminée, ce qui a un impact sur le budget global.

Un autre avantage que l’on peut analyser lorsqu’on décide de surélever le bâtiment hors du sol est la relation avec l’installation et la maintenance des conduites hydrauliques et électriques, puisque, dans ces cas, elles peuvent être exposées sous la dalle, facilitant ainsi l’accès. La maison Pipa de Bernardes Arquitetura est un exemple intéressant, puisque, selon les architectes eux-mêmes, la maison a été surélevée du sol parce que cette stratégie « garantit l’étanchéité et la ventilation de la dalle, ainsi que la visite des installations qui passent par le sol ».

En résumé, surélever la maison du sol offre de nombreux avantages, mais cette décision est toujours liée à une étude détaillée des conditions du terrain, du contexte naturel ou urbain, du climat dans lequel le bâtiment est inséré, en plus des préférences esthétiques de l’architecte et du client et du budget disponible.

Article similaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.