Pourquoi la diplomatie avec Poutine a-t-elle échoué ?

Les deux récents discours télévisés du président russe Vladimir Poutine fournissent un aperçu qui pourrait expliquer pourquoi les tentatives de diplomatie des dirigeants occidentaux ont échoué.

Poutine s’est exprimé à la télévision lundi et mercredi. Lundi, après plus d’une heure de réécriture de l’histoire, il a annoncé que la Russie reconnaissait les soi-disant républiques de Donetsk et de Lougansk. Mercredi, il a fait une excursion historique plus courte et a annoncé le début des opérations militaires.

Écouter Poutine est un véritable défi. Pour quelqu’un qui n’est pas familiarisé avec le contexte russe, ses propos, même s’ils sont correctement traduits, semblent quelque peu alambiqués.

L’auteur de cette brève n’a aucune difficulté à comprendre Poutine, ayant vécu sous le communisme en Bulgarie, où tous les vendredis, les gens n’avaient d’autre choix que de regarder la télévision russe.

Créer une fausse réalité était déjà un gros business à cette époque. Selon cette réalité orwellienne, les pays communistes prospéraient tandis que l’Occident était secoué par des protestations et au bord de l’effondrement.

Les jeunes se sont alors doutés que c’était faux. Mais beaucoup d’autres y croyaient, notamment les personnes âgées et celles vivant en province.

Le monde artificiel de Poutine rappelle ces fausses constructions. Mais il va plus loin en réécrivant l’histoire et en positionnant l’Ukraine comme une fausse construction de Vladimir Ilitch Lénine, alors que le monde entier devrait savoir que l’Ukraine est le berceau de la Russie.

Selon Poutine, la révolution pro-européenne de Maidan était un coup d’État sponsorisé par l’ambassade américaine à Kiev, les dirigeants actuels de l’Ukraine sont des néo-nazis, et ils prévoient de prendre par la force la Crimée et Donbas, en utilisant éventuellement des armes nucléaires (ce n’est pas une blague, lisez les transcriptions du Kremlin du 21 février et du 23 février).

QUE POURRAIT-IL ARRIVER AUX ACTIONS EUROPÉENNES SI LA RUSSIE ENVAHIT L’UKRAINE ?

C’est aussi simple que cela. Poutine le dit, le répète et, pire encore, semble y croire.

Il a été rapporté que la rencontre d’Emmanuel Macron avec Poutine à cette désormais célèbre longue table a duré cinq heures. On peut imaginer comment Poutine a sermonné le président français sur l’histoire. Sa seule déclaration initiale aurait facilement pu prendre deux heures.

Ensuite, Macron a peut-être tenté de dire quelque chose, et Poutine n’a fait que répéter ce qu’il avait déjà dit parce que ce Français ne comprend pas les complexités de l’histoire russe.

C’est probablement ainsi que les cinq heures se sont écoulées, et il n’est pas étonnant que la réunion ait été un échec.

Ensuite, l’Allemand Olaf Scholz a répété l’expérience, mais pour Poutine, cet Allemand ne peut tout simplement pas remplacer Merkel.

Si les Européens ne peuvent pas comprendre Poutine, alors les Américains ont peu ou pas de chance. Après tout, que peut-on attendre des commanditaires des néonazis de Kiev ?

C’est ainsi que la diplomatie a échoué – si nous sommes assez généreux pour supposer qu’elle avait une chance en premier lieu.

Personne ne savait ce que Poutine allait faire. La vidéo montrant comment Poutine a humilié son chef du renseignement, Sergey Naryshkin, a également révélé que l’espion en chef n’avait pas la moindre idée de ce que Poutine allait annoncer ce jour-là, le 21 février.

L’homme qui en savait trop peu » était une comédie. Ceci est une tragédie. Pour tout le monde.

Le point sur la situation

Les dirigeants européens ont été unis pour condamner jeudi l’invasion militaire de la Russie en Ukraine, qui a fait plonger le rouble russe à un niveau historiquement bas, fait passer le prix du pétrole au-dessus de 100 dollars pour la première fois depuis 2014, et mis l’Europe au bord d’une guerre majeure.

L’UE doit tenir un sommet d’urgence à Bruxelles jeudi soir, qui devra trouver une réponse à l’invasion militaire de l’Ukraine par le président russe Vladimir Poutine.

Lors de discussions d’urgence jeudi, l’OTAN a décidé de prendre des mesures supplémentaires et de renforcer les forces terrestres, maritimes et aériennes sur son flanc oriental après le lancement par la Russie d’une offensive militaire en Ukraine.

Au milieu de l’invasion russe en Ukraine, les options que la Bundeswehr allemande peut offrir sont extrêmement limitées, a averti le chef des armées du pays.

L’agression militaire de la Russie contre l’Ukraine fera l’objet de sanctions massives, ont annoncé jeudi 24 février de hauts responsables allemands, après que le président russe Vladimir Poutine a approuvé une opération militaire avec des forces aériennes et terrestres contre son voisin.

Les politiciens français, y compris tous les candidats à la course présidentielle, ont unanimement condamné la frappe militaire de la Russie contre l’Ukraine jeudi. Dans un discours télévisé, le président Emmanuel Macron a déclaré que l’Europe répondrait « dans l’unité » à « l’acte de guerre » de la Russie.

Alors que les agriculteurs se plaignent depuis des mois des coûts de production élevés, l’escalade de la crise russo-ukrainienne a donné à cette question un caractère d’urgence supplémentaire. Les ministres nationaux de l’agriculture ainsi que les législateurs de l’UE ont exprimé leurs préoccupations quant à la situation.

La Commission européenne travaille à une révision du règlement sur les plastiques recyclés pour les emballages alimentaires, ce qui, selon Jane Muncke, soulève des inquiétudes quant à la sécurité alimentaire.

Article similaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.