Coupe du Monde : Pourquoi aucune équipe africaine n'a-t-elle jamais atteint une demi-finale ?

Aucune équipe africaine n’est jamais parvenue en demi-finale d’une Coupe du monde. Quatre anciens internationaux africains expliquent à DW pourquoi ils pensent que c’est le cas et ce qu’il faut faire pour que le rêve d’un continent devienne réalité.

Depuis son inauguration en 1930, 13 nations africaines ont participé à la Coupe du monde. Seules trois d’entre elles ont atteint un quart de finale : le Cameroun (1990), le Sénégal (2002) et le Ghana (2010). Aucune d’entre elles n’a jamais atteint une demi-finale.

Les joueurs africains secouent actuellement la scène footballistique européenne comme jamais auparavant, et nombre d’entre eux font partie de l’élite mondiale. Alors pourquoi leurs équipes nationales sur le continent africain sont-elles à la traîne ?

« Ces dernières années, les joueurs africains ont été de plus en plus compétitifs, jouant pour certains des meilleurs clubs du monde et concourant même pour le Ballon d’Or », explique l’ancien international marocain Yacine Abdessadki. « Cela enrichit le football africain ».

Mais il pense que d’autres facteurs freinent encore les équipes africaines au niveau international.

Le rôle du psychisme
L’ancien ailier de Strasbourg et du SC Freiburg estime que les équipes africaines se reposent trop sur le talent de leurs plus grandes stars tout en négligeant d’autres aspects du jeu.

« Culturellement, en Afrique, on a tendance à ne pas travailler sur des choses qui sont depuis longtemps des standards en Europe ou en Amérique du Sud, explique-t-il, notamment les aspects mentaux. »

Pour Abdessadki, même le meilleur joueur du monde ne sait pas quoi faire du ballon dans les situations de stress. C’est une question de préparation mentale, qui est en corrélation directe avec les performances sur le terrain.

« Des équipes comme l’Espagne, la France, la Belgique ou le Brésil jouent toujours le ballon de manière très propre », dit-il. « Même sous pression, elles ne forcent jamais le ballon, mais s’en tiennent à leur approche préférée. Les équipes moins bien préparées, en revanche, ont tendance à se contenter de dégager le ballon le plus loin possible dans les situations de stress. »

Développer une vision
Un autre problème auquel sont confrontées les équipes nationales africaines est le manque de perspective claire et de planification à long terme.

« On ne peut pas se présenter un jour à un tournoi et se fixer un objectif ambitieux, comme atteindre les quarts de finale. Si vous faites cela, il est alors trop tard », déclare Karim Haggui.

Pour l’ancien défenseur tunisien, qui a notamment joué au Bayer Leverkusen, à Hanovre 96 et au Fortuna Düsseldorf, le football africain manque de plans de développement à long terme.

« Il doit y avoir une stratégie de formation », dit-il. « Il faut travailler à élever le niveau du football en Afrique, il faut investir dans la formation des entraîneurs. »

Un avis que partage l’ancien défenseur de Schalke et Wolfsburg, Hans Sarpei. L’international ghanéen aux 36 sélections estime que les fédérations africaines doivent être plus concentrées, se fixer un objectif comme atteindre une demi-finale de Coupe du monde et se donner 12 ans pour y parvenir.

« Il n’y a aucune garantie à 100% que cela fonctionnera », dit-il. « Mais si vous regardez l’Allemagne ou même la France, vous voyez qu’il y a des nations qui travaillent avec ce genre de plan. »

Moins de ressources, moins de chances
Constituer soigneusement une équipe, former du personnel compétent et mettre en œuvre un projet avec tout le travail technique, physique et mental requis demande du temps, mais surtout de l’argent. À cet égard, les équipes africaines sont encore à des années-lumière de leurs homologues européennes ou sud-américaines.

En 2021, le budget total de la Fédération française de football (FFF) s’élevait à un peu plus de 249 millions d’euros (257,1 millions de dollars), la part du sport de haut niveau représentant environ 65 millions d’euros. À titre de comparaison, le budget de la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT) en 2020 équivalait à seulement 12,7 millions d’euros.

Cependant, le manque de fonds n’est pas la seule raison des mauvaises performances lors des précédentes Coupes du monde. Pour Abdessadki, elle est également due au nombre d’équipes africaines participantes.

« C’est une question de probabilité », dit-il. « Il y a moins d’équipes africaines en Coupe du monde que d’équipes européennes ou sud-américaines. Donc, statistiquement, il est moins probable qu’une de ces équipes puisse atteindre le dernier carré. »

Les chances de l’Afrique s’amenuisent
Jusqu’à France 1998, où cinq places ont été réservées pour la première fois à la fédération africaine, seules trois équipes africaines avaient le droit de rivaliser avec les meilleures du monde. Cela signifiait que même les équipes les plus régulières manquaient d’expérience au plus haut niveau.

Avec huit participations, le Cameroun possède le plus long palmarès de Coupe du monde de toutes les nations africaines mais, comme le souligne Haggui : « Ce n’est pas mal, mais c’est deux fois moins que certaines des meilleures équipes sud-américaines ou européennes ».

Pour Ricardo Faty, l’expérience est également un facteur clé.

« Le Ghana a été très proche d’atteindre les demi-finales contre l’Uruguay en 2010, mais je pense qu’ils ont manqué d’expérience », déclare l’ancien international sénégalais, mais il pense que cela pourrait changer cette année au Qatar.

« Je crois vraiment que cette année, il y a des équipes comme le Sénégal ou même le Cameroun qui ont suffisamment de talent et d’expérience pour franchir cette étape », dit-il. « Surtout grâce à la présence de joueurs qui évoluent dans les plus grands clubs européens ».

Une pression légèrement différente
Mais attention aux attentes, qui, selon Hans Sarpei, sont plus importantes en Afrique qu’ailleurs.

« En Allemagne, on espère que l’équipe nationale gagne la Coupe du monde. En Afrique, en revanche, il faut absolument gagner », explique-t-il. « La plupart des joueurs africains jouent en Europe et sont capables de gérer la pression. Mais c’est quelque chose de complètement différent quand un pays entier attend la victoire. »

« Ils ressentent la pression non seulement pour eux-mêmes mais aussi pour leurs familles. Quand vous êtes éliminé, vous savez que vous ne pouvez pas retourner dans votre pays pour la première fois, vous prenez l’avion pour l’Europe où vous jouez. »

En Russie en 2018, aucune équipe africaine n’est sortie des groupes pour la première fois depuis 1982. Cette année au Qatar, la pression est sur le Sénégal, le Cameroun, le Ghana, la Tunisie et le Maroc pour s’assurer qu’il n’y a pas de répétition.

Article similaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *