La Corée du Sud face à une crise démographique liée à l'arrêt des naissances

La grand-mère de Yoo Young Yi a donné naissance à six enfants. Sa mère en a eu deux. Yoo n’en veut pas.

« Mon mari et moi aimons tellement les bébés… mais il y a des choses que nous devrions sacrifier si nous élevions des enfants », a déclaré Yoo, 30 ans, employée d’une société financière de Séoul. « C’est donc devenu une question de choix entre deux choses, et nous avons accepté de nous concentrer davantage sur nous-mêmes ».

Il y a beaucoup de personnes comme Yoo en Corée du Sud qui ont choisi soit de ne pas avoir d’enfants, soit de ne pas se marier. D’autres pays avancés connaissent des tendances similaires, mais la crise démographique de la Corée du Sud est bien pire.

L’agence de statistiques sud-coréenne a annoncé en septembre que l’indice synthétique de fécondité – le nombre moyen de bébés nés pour chaque femme pendant ses années de reproduction – était de 0,81 l’année dernière. C’est le taux le plus bas du monde pour la troisième année consécutive.

La population s’est contractée pour la première fois en 2021, alimentant l’inquiétude qu’une population en déclin pourrait gravement nuire à l’économie – la 10e du monde – en raison de pénuries de main-d’œuvre et de dépenses sociales plus importantes, le nombre de personnes âgées augmentant et le nombre de contribuables diminuant.

Le président Yoon Suk Yeol a ordonné aux responsables politiques de trouver des mesures plus efficaces pour faire face à ce problème. Selon lui, le taux de fécondité est en chute libre, même si la Corée du Sud a dépensé 280 000 milliards de wons (336 milliards de dollars) au cours des 16 dernières années pour tenter d’inverser la tendance.

De nombreux jeunes Sud-Coréens disent que, contrairement à leurs parents et grands-parents, ils ne se sentent pas obligés de fonder une famille. Ils invoquent l’incertitude d’un marché de l’emploi morose, la cherté des logements, les inégalités sociales et entre les sexes, les faibles niveaux de mobilité sociale et les dépenses énormes pour élever des enfants dans une société brutalement compétitive. Les femmes se plaignent également d’une culture patriarcale persistante qui les oblige à s’occuper en grande partie des enfants tout en subissant des discriminations au travail.

« En un mot, les gens pensent que notre pays n’est pas un endroit facile à vivre », a déclaré Lee So-Young, expert en politique démographique à l’Institut coréen pour la santé et les affaires sociales. « Ils pensent que leurs enfants ne peuvent pas avoir une vie meilleure qu’eux, et se demandent donc pourquoi ils devraient se donner la peine d’avoir des bébés. »

De nombreuses personnes qui ne parviennent pas à intégrer de bonnes écoles et à décrocher des emplois décents ont le sentiment d’être devenues des « décrocheurs » qui « ne peuvent pas être heureux » même s’ils se marient et ont des enfants, car la Corée du Sud ne dispose pas de filets de sécurité sociale avancés, a déclaré Choi Yoon Kyung, experte à l’Institut coréen de la protection et de l’éducation de l’enfance. Selon elle, la Corée du Sud n’a pas réussi à mettre en place de tels programmes de protection sociale lors de sa croissance économique explosive des années 1960 à 1980.

Yoo, employée dans le secteur financier à Séoul, a déclaré que jusqu’à ce qu’elle aille à l’université, elle voulait absolument avoir un bébé. Mais elle a changé d’avis lorsqu’elle a vu des collègues de bureau féminines appeler leurs enfants depuis les toilettes de l’entreprise pour prendre de leurs nouvelles ou partir plus tôt lorsque leurs enfants étaient malades. Elle a dit que ses collègues masculins n’avaient pas à faire cela.

« Après avoir vu cela, j’ai réalisé que ma concentration au travail serait grandement diminuée si j’avais des enfants », a déclaré Mme Yoo.

Son mari de 34 ans, Jo Jun Hwi, a déclaré qu’il ne pensait pas qu’il était nécessaire d’avoir des enfants. Interprète dans une entreprise de technologie de l’information, Jo a déclaré qu’il voulait profiter de la vie après des années de recherche intensive d’emploi qui lui ont donné « l’impression d’être au bord d’une falaise ».

Il n’existe pas de chiffres officiels sur le nombre de Sud-Coréens qui ont choisi de ne pas se marier ou d’avoir des enfants. Mais les données de l’agence nationale des statistiques montrent qu’il y a eu environ 193 000 mariages en Corée du Sud l’année dernière, en baisse par rapport au pic de 430 000 enregistré en 1996. Les données de l’agence montrent également qu’environ 260 600 bébés sont nés en Corée du Sud l’année dernière, contre 691 200 en 1996 et un pic d’un million en 1971. Les chiffres récents sont les plus bas depuis que l’agence de statistiques a commencé à compiler ces données en 1970.

Kang Han Byeol, une graphiste de 33 ans qui a décidé de rester célibataire, pense que la Corée du Sud n’est pas un bon endroit pour élever des enfants. Elle a fait part de sa frustration face aux inégalités entre les sexes, aux crimes sexuels numériques généralisés visant les femmes, comme les caméras espions cachées dans les toilettes publiques, et à une culture qui ignore ceux qui militent pour la justice sociale.

« Je pourrai envisager le mariage lorsque notre société sera plus saine et accordera un statut plus égal aux femmes et aux hommes », a déclaré Kang.

Ha Hyunji, 26 ans, colocataire de Kang, a également décidé de rester célibataire après que ses amies mariées lui ont conseillé de ne pas se marier parce que la plupart des tâches ménagères et des soins aux enfants leur incombent. Ha s’inquiète de l’énorme somme d’argent qu’elle dépenserait pour les cours particuliers de ses futurs enfants afin de les empêcher de prendre du retard dans une nation obsédée par l’éducation.

« Je peux m’amuser sans me marier et profiter de ma vie avec mes amis », a déclaré Ha, qui tient un bar à cocktails à Séoul.

Jusqu’au milieu des années 1990, la Corée du Sud a maintenu des programmes de contrôle des naissances, initialement lancés pour ralentir l’explosion démographique du pays après la guerre. La nation distribuait gratuitement des pilules contraceptives et des préservatifs dans les centres médicaux publics et offrait des exemptions de formation de réservistes militaires aux hommes s’ils avaient subi une vasectomie.

Les chiffres des Nations unies montrent qu’une femme sud-coréenne a donné naissance en moyenne à quatre à six enfants dans les années 1950 et 1960, à trois ou quatre dans les années 1970 et à moins de deux au milieu des années 1980.

La Corée du Sud a offert une série d’incitations et d’autres programmes de soutien aux femmes qui donnent naissance à de nombreux enfants. Mais, selon l’expert Choi, le taux de fécondité a baissé trop rapidement pour que l’on puisse constater des effets tangibles. Lors de la réunion d’un groupe de travail gouvernemental le mois dernier, les responsables ont déclaré qu’ils allaient bientôt formuler des mesures globales pour faire face aux défis démographiques.
La société sud-coréenne voit toujours d’un mauvais œil ceux qui restent sans enfant ou célibataires.

En 2021, lorsque Yoo et Jo ont affiché leur décision de vivre sans enfant sur leur chaîne YouTube, « You Young You Young », certains ont posté des messages les qualifiant d' »égoïstes » et leur demandant de payer plus d’impôts. Les messages qualifiaient également Jo de « stérile » et accusaient Yoo de « gazer » son mari.

Lee Sung-jai, un résident de Séoul âgé de 75 ans, a déclaré que c’est « l’ordre de la nature » pour l’humanité de se marier et de donner naissance à des enfants.

« De nos jours, je vois des jeunes femmes (non mariées) qui se promènent avec des chiens dans des poussettes et qui disent que ce sont leurs mamans. Ont-elles donné naissance à ces chiens ? Elles sont vraiment folles », a-t-il déclaré.

Seo Ji Seong, 38 ans, a déclaré qu’elle était souvent qualifiée de patriote par les personnes plus âgées pour avoir eu de nombreux bébés, bien qu’elle ne les ait pas mis au monde dans l’intérêt national. Elle attend un cinquième bébé en janvier.

La famille de Seo a récemment déménagé dans un appartement gratuit dans la ville d’Anyang, fourni conjointement par la Korea Land and Housing Corporation et la ville pour les familles ayant au moins quatre enfants. Seo et son mari, Kim Dong Uk, 33 ans, reçoivent d’autres aides de l’État, mais il est toujours difficile d’élever quatre enfants sur le plan économique.

Kim dit qu’il apprécie de voir chacun de ses enfants grandir avec des personnalités et des talents différents, tandis que Seo pense que les compétences sociales de leurs enfants sont favorisées par les jeux et les compétitions à la maison.

« Ils sont tous si mignons. C’est pourquoi j’ai continué à donner naissance à des bébés, même si c’est difficile », a déclaré Seo.

 

Article similaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *